La présidente de la Haute autorité de l’UMP tiraillée entre les statuts et les "pachas" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-François Copé
Jean-François Copé
©Reuters

Confidentiel

La présidente de la Haute autorité de l’UMP tiraillée entre les statuts et les "pachas"

En interne, la crise que vit l'UMP tourne en conflit juridique.

Les téléphones chauffent actuellement à l’UMP. Mais il y en a un qui, en plus, écrit. C’est Jean-François Copé qui a non seulement fait parvenir une lettre aux militants pour expliquer les raisons de sa démission mais a aussi adressé une missive à Anne Levade, Présidente de la Haute autorité de l’Union. Cette instance composée de membres du parti et de personnalités qualifiées est notamment chargée d’organiser les primaires désignant le candidat de cette formation pour la présidentielle de 2017. Dans sa lettre, l’encore président de l’UMP demande à Anne Levade de respecter les statuts pendant la période de « vacance » (voir lettre) qui commencera le 15 juin, date officielle de son départ de la présidence, au cours de laquelle il faudra préparer le congrès extraordinaire et l’élection du nouveau président de l’UMP. En creux, Jean-François Copé laisse entendre que la prise de pouvoir de ceux qu’on surnomme désormais les « pachas » (les anciens premiers ministres Fillon, Juppé et Raffarin) n’était pas conforme aux statuts qui prévoient que le premier vice-président –Luc Chatel en l’occurrence- assure l’intérim.

Selon nos sources, un proche du dossier a proposé à Anne Levade, qui dispose de quelques jours avant de se prononcer, un dispositif conciliant respect des statuts et des  "Pachas". Chatel pourrait donc devenir Président de l’UMP par intérim, encadré par un conseil des sages composé des 3 anciens chefs de gouvernement.

Lettre.pdf by Atlantico

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !