Le mythe du grand soir fiscal prend l'eau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La perte de sa notation Triple A par la France commence à faire l’objet de calculs de modélisation.
La perte de sa notation Triple A par la France commence à faire l’objet de calculs de modélisation.
©Reuters

Revue d'analyses (financières)

Le mythe du grand soir fiscal prend l'eau

Dans l’œil des marchés : Dominique Trenet, stratégiste dans une société de gestion indépendante, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers les plus en vue du marché de la semaine.

Dominique Trenet

Dominique Trenet

Dominique Trenet est stratégiste dans une société de gestion indépendante

Chaque semaine, il réalise pour Atlantico une synthèse des opinions les plus significatives sur l’évolution de la crise que nous sommes en train de vivre.

Voir la bio »

La fiscalité sur les hauts revenus est à bout de souffle fait remarquer Bernard Monassier, Notaire dans sa chronique de Challenges du 13 octobre. Plusieurs membres de l’opposition ont manifesté le soin de taxer les revenus à 50% au-delà d’un certain seuil. Cela a déjà été fait par la majorité actuelle, car les revenus 2011 subiront en 2012 un taux réel marginal de 57% soit le taux de base de 41% auquel s’ajoute la CSG à 13,5% et la nouvelle contribution sur les hauts revenus.

Cela ne peut plus durer disent de leur côté Les Gracques, think tank de gauche, dans leur dernier manifeste. Parmi les nombreux exemples cités figure celui du Sénat qui dispose d’un budget de fonctionnement de 327M€ en 2011 hors financement du personnel pris sur une autre caisse. C’est déjà considérable mais le Sénat dispose d’une caisse de retraite spéciale dont les réserves approchent les 600M€ soit l’équivalent de plus de vingt ans de prestations ! Le groupe d’ex-fonctionnaires proches du centre gauche ne croit pas à la mesure qui figure dans le programme socialiste : annulation de 50Md€ de dépenses fiscales de droite en revenant sur 50Md€ de niches fiscales accordées aux riches entre 2002 et 2011.

En France, les caisses deretraite du secteur privé sont de plus en plus prises en main par les syndicats écrit Sauvegardes Retraites dans sa dernière lettre d’information. La gestion des caisses écrit l’association est offerte sur un plateau aux syndicalistes les plus irresponsables. FO va prendre la présidence de la CNAV bien que ce soit, selon l’association, le syndicat champion des grèves à répétition et de la lutte pour le maintien des régimes spéciaux. La CFDT va arriver aussi à la présidence de l’Agirc, la caisse complémentaire des cadres. C’est une évolution qui ne fera qu’accentuer le manque d’intérêt pour la classe d’actif action…

La perte de sa notation Triple A par la France commence à faire l’objet de calculs de modélisation. Selon Jean-François Bauer de l’IFRAP, on arriverait uniquement pour la dette de l’État français à une majoration de frais financiers de 1 à 2 Md€ la première année, de 2 à 4 Md€ la deuxième année et enfin de 3 à 6 Md€ l’année suivante... Ce chiffre ne comprend pas la majoration sur l’encours de dette de la sécurité sociale (150Md€) et des collectivités locales154 Md€…

L’Europe va entrer en récession moyenne dès le quatrième trimestre 2011 a prévenu Deutsche Bank le 10 octobre. Elle se poursuivra au premier trimestre 2012. Eric Chaney chef économiste du groupe Axa est du même avis. De plus, il ne faut pas attendre grand-chose selon lui de la réunion du G20.

Les financières commencent à être achetables a recommandé Hugues de Montvallon chez Oddo. Il considère que le démantèlement forcé de Dexia a agit comme un électrochoc auprès des politiciens. Pour que les investisseurs reviennent significativement sur le secteur, il préconise que le gouvernement, pour regagner une crédibilité fiscale, fasse un peu plus que de taxer les sodas et « faire payer les riches ».

Aux États-Unis, c’est le moment d’acheter nous dit Tobias Levkovic responsable de la stratégie sur le marché américain chez Citigroup. Son objectif pour l’indice S&P à la fin de l’année est de 1325… Stephen Wood chez Russell est aussi de son avis, car il considère que les sociétés américaines continuent à bien se porter. Il n’ y aura pas selon lui de récession aux États-Unis. Charles Gave Président de GaveKal à Hong Kong prévoit même que l’économie américaine va de nouveau accélérer au quatrième trimestre. Si en revanche on regarde le niveau des spreads de crédit Dominic Wilson de Goldman Sachs constate que l’économie américaine va entrer prochainement en récession. Le débat est donc loin d’être clos.

En attendant le mouvement occupy Wall Street a été stimulé par les graphiques publiés par Henry Blodget ex analyste de Merrill Lynch, sur le site Business insider. Ils montrent notamment que les rémunérations des présidents de sociétés américaines ont progressé de 300% depuis 1990. Le salaire moyen de « Wall Street » toutes catégories confondues ressort à 361 330$ soit 6 fois la moyenne du secteur privé.

La Chine enregistre une inquiétante épidémie de faillite note Arnaud Rodier dans le Figaro du 14 octobre. Dans la province de Zhejiang près de 20% des 360 000 PME de la province ont déposé le bilan….

L’économie mondiale ce sont « des esclaves qui fabriquent des produits vendus à des chômeurs ». Telle est la formule choc employée par Jean-Michel Quatrepoint dans son dernier livre Mourir pour le yuan. Comment éviter une guerre mondiale. Selon lui les premiers sont les ouvriers chinois et les seconds les consommateurs américains ou européens censés être « riches » mais qui ont de plus en plus de mal à trouver du travail.

Les marchés émergents représentent désormais 29,2% du chiffre d’affaire réalisé par les sociétés européennes avance Elga Bartsch économiste chez Morgan Stanley. L’Europe pèse 53,5% et l’Amérique du Nord 15,4%.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !