Alexander Stubb : "La différence entre Poutine et les Russes a ses limites… et c’est un Finlandais en première ligne qui vous le dit"  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Premier ministre finlandais Alexander Stubb s'adresse aux journalistes à son arrivée avant le sommet du Conseil européen au siège de l'Union européenne, le 12 février 2015.
Le Premier ministre finlandais Alexander Stubb s'adresse aux journalistes à son arrivée avant le sommet du Conseil européen au siège de l'Union européenne, le 12 février 2015.
©Emmanuel DUNAND / AFP

Guerre en Ukraine

Alexander Stubb : "La différence entre Poutine et les Russes a ses limites… et c’est un Finlandais en première ligne qui vous le dit" 

L'ancien Premier ministre finlandais fait part à Atlantico de ses réflexions sur la guerre en Ukraine et notamment de l’importance d’isoler la Russie autant que possible.

Alexander Stubb

Alexander Stubb

Alexander Stubb est un homme d'État finlandais. En 2008, il est devenu ministre des Affaires étrangères. En 2014, il est nommé Premier ministre. Il a également été ministre des Finances dans le gouvernement du centriste Juha Sipilä en 2015. Alexander Stubb est directeur de l'école de gouvernance transnationale de Florence. 

Voir la bio »

Atlantico : Monsieur le Premier ministre Stubb, vous êtes aujourd'hui directeur de l'école de gouvernance transnationale de Florence mais vous avez été en poste plusieurs années en Finlande, notamment en tant que Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de votre pays. Comment analysez-vous les derniers développements de la guerre en Ukraine ?

Alexander Stubb : A titre de comparaison, la guerre en Géorgie a duré cinq jours car les enjeux étaient moindres. Celle-ci en est maintenant à sa sixième semaine et je ne vois pas de fin proche au conflit. Tous les discours sur un cessez-le-feu en ce moment sont illusoires. Je pense que ce conflit trouvera sa résolution sur le champ de bataille, pas dans les négociations. En cela, il ressemble beaucoup à la guerre d'hiver de 1939-40 entre la Finlande et l'Union soviétique.

Pourquoi pensez-vous que les négociations ne peuvent pas aboutir pour l'instant ?

Parce que la Russie et l'Ukraine sont très éloignées l'une de l'autre. Nous sommes dans une situation où, fondamentalement, la Russie veut annexer une partie de l'Ukraine, un Etat souverain, et veut la forcer à devenir un Etat neutre. En plus de cela, ils ont massacré des innocents, enfants et femmes compris, détruit des villes historiques. Il est donc impossible que Volodymyr Zelensky approuve un accord de cessez-le-feu, et surtout pas sur la base que souhaite la Russie. Le problème est que Vladimir Poutine veut une grande guerre et donc une grande paix. Donc, je ne vois pas où ils peuvent trouver un terrain d'entente à ce stade.

Êtes-vous inquiet d'une escalade du conflit ?

Il y a trois possibilités pour le moment. Premièrement, la guerre conventionnelle et elle peut évidemment s'intensifier. La deuxième est l'utilisation d'armes chimiques, la troisième est l'utilisation d'ogives nucléaires. Je ne crois pas à la troisième mais je n'exclus pas la deuxième, surtout au vu de ce que Vladimir Poutine a fait en Syrie et ailleurs. Il n'a pas de problème moral, donc je ne mettrais rien de côté, sauf l'option nucléaire.

À Lire Aussi

Quid si Vladimir Poutine allait plus loin ?

La Russie et la Finlande partagent une longue frontière (1340 km) et puisque "nous ne pouvons rien faire contre la géographie", la Finlande a toujours dû trouver une relation fonctionnelle avec elle tout en redoutant la menace. Comment diriez-vous que votre pays a géré cet équilibre ?

Nous avons effectivement 1340 km de frontière. La sécurité finlandaise a toujours été basée sur deux considérations : la géographie et l'histoire. Vous ne pouvez pas changer votre géographie, mais vous pouvez influencer l'histoire. Lorsque nous sommes devenus une partie autonome de la Russie en 1809, nous avons maximisé notre autonomie. Lorsqu'il a été possible de déclarer notre indépendance, au beau milieu de la révolution bolchevique, nous l'avons fait, en 1917. Lorsque la paix nous a été imposée en 1944, nous avons accepté les conditions et les avons respectées. Et lorsque l'Union soviétique s'est effondrée, nous avons à nouveau maximisé notre possibilité de rejoindre l'Occident en adhérant à l'Union européenne et en forgeant une relation étroite avec l'OTAN. Maintenant que Vladimir Poutine a attaqué l'Ukraine, nous allons demander l'adhésion à l'OTAN au mois de mai. Nous avons donc toujours eu un bon équilibre entre l'idéalisme, la collaboration avec la Russie, et le réalisme en gardant une armée forte.

La Finlande est connue pour son processus de "finlandisation". Pourtant, depuis le début de la guerre, la possibilité que la Finlande rejoigne l'OTAN semble avoir été envisagée. Vous avez vous-même déclaré que la Finlande était susceptible de poser sa candidature. Est-ce la bonne chose à faire ?

Absolument, il n'y a pas d'autre option. À court terme, nous avons maximisé notre sécurité par des accords bilatéraux ou trilatéraux formels ou informels, avec la France, le Royaume-Uni ou les États-Unis par exemple. De plus, nous avons l'une des plus grandes armées permanentes d'Europe, 280 000 à 300 000 hommes et femmes peuvent être mobilisés en quelques jours, et nous avons 900 000 personnes en réserve. Notre armée est très bien équipée avec des F-18C et nous venons d'acheter des F-35. Nous nous sentons donc très en sécurité à court terme. Mais à long terme, nous maximiserons notre sécurité en demandant l'adhésion à l'OTAN. Heureusement, nous avons des pays comme la France pour nous soutenir.

À Lire Aussi

Ukraine : quelle porte de sortie offrir à Vladimir Poutine pour éviter une fuite en avant ?

Diriez-vous que les Finlandais sont inquiets des implications de la situation actuelle pour la Finlande ?

Il n'y a pas de menace imminente pour la sécurité car nous sommes très bien préparés. Il n'y a donc aucun intérêt pour la Russie à nous tester. Mais nous nous préparons également aux menaces hybrides. Une fois que nous aurons déposé notre demande d'adhésion à l'OTAN, il y aura évidemment des menaces d'information, des menaces hybrides, et même des menaces personnelles venant de la Russie et de son gouvernement. Mais c'est la bonne chose à faire. Si vous êtes à proximité d'un agresseur impérialiste, vous devez agir en conséquence. Nous avons dépassé le point de non-retour avec la Russie. J'ai toujours été un partisan de l'adhésion de la Finlande à l'OTAN ainsi que d'une Europe plus fédérale. Mon argument ici est très simple : nous devrions remercier Vladimir Poutine de nous avoir forcés à rejoindre l'OTAN. L'approbation de l'opinion publique sur le sujet a progressé dès le début de l'agression. 

Compte tenu de l'expérience acquise au cours de l'histoire de la Finlande et de votre expérience en tant que chef du gouvernement et ministre des Affaires étrangères, quelle serait la meilleure ligne d'action de l'Occident face à la Russie ?

C'est très simple. Premièrement, la solidarité et le soutien total à l'Ukraine. Deuxièmement, des armements pour l'Ukraine. Troisièmement, un soutien financier à l'Ukraine. Avec la Russie, la meilleure ligne d'action est l'isolement total. Cela signifie des sanctions complètes. Je comprends pourquoi elles sont prises étape par étape, mais en fin de compte, nous devons isoler totalement la Russie : politique, finances, économie, transports, sports, culture et finalement énergie, un isolement total. La Russie doit être coupée de l'Europe, surtout tant que l'agression se poursuit et que Poutine est au pouvoir. Et s'il y a un changement de régime, alors nous devrons reconsidérer la question, mais pour l'instant, nous n'avons pas d'autre option.

À Lire Aussi

Greg Yudin : "Voilà où Poutine veut vraiment mener la Russie et il est temps de s’en aviser"

Pensez-vous qu'il faille faire une différence entre la Russie et les Russes ou qu'il faille les traiter de la même manière ?

Je pense que nous devons comprendre que tous les Russes ne soutiennent pas les actions de Poutine. Nous ne devons donc pas avoir de préjugés envers les Russes. Et nous devons espérer qu'à long terme, la Russie et les Russes reviendront à un ordre international normal. Mais nous devons comprendre que le peuple russe est abreuvé de propagande de guerre (et que 80 % de la population y croit). Il doit donc y avoir une séparation entre la Russie de Poutine et les Russes, mais il faut aussi comprendre qu'il y a beaucoup de soutien pour cette guerre et que cette séparation a des limites.

Vous vous dites en faveur d'un isolement total de la Russie. Ne craignez-vous pas que cela déclenche une escalade et une guerre plus globale ?

Non, je ne le pense pas. Et c'est une déclaration plus forte venant de moi, qui suis Finlandais, avec 1340 km de frontière avec la Russie, que de quelqu'un venant de France. Je comprends et accepte pleinement les conséquences. Mais si vous voulez être fidèle à vos valeurs, il n'y a aucune chance que vous puissiez poursuivre une quelconque forme de coopération avec la Russie. Il faut s'en séparer complètement. Il est évident que l'on s'interroge sur ce que la Chine va faire. Je pense que la Chine va osciller entre la Russie et l'Occident car elle ne veut pas être perçue comme soutenant trop la Russie ou être affectée par des sanctions. Il n'y aura pas d'escalade dans une guerre plus globale, mais cela créera un espace pour une conversation sur un nouvel ordre mondial. Et c'est une chose à laquelle l'Occident doit se préparer.

Dans votre podcast "Comprendre la guerre en Ukraine", vous avez dit "il ne s'agit pas de la Russie contre l'Ouest" mais de "l'Ouest qui comprend le reste".  Pensez-vous vraiment que nous sommes à l'aube d'un nouvel ordre politique mondial ?

À Lire Aussi

Vladimir Fédorovski : « Pour les Russes, c’est la Russie toute seule qui s’est libérée du soviétisme. Et pas l’Occident qui a gagné la guerre froide »

Je pense qu'il y a un potentiel pour cela. La comparaison que je fais est celle de la création de la Ligue des nations après la Première Guerre mondiale ou des Nations unies après la Deuxième Guerre mondiale. Nous devons comprendre que l'ordre mondial a été créé à l'image de l'Occident, par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. La question est de savoir comment gérer la multipolarité dans le monde : devons-nous la gérer avec les institutions actuelles du multilatéralisme ou devons-nous les remanier un peu ? C'est une conversation que nous devons être prêts à avoir en Europe. Le vote à l'ONU demandant la fin de la guerre a été de 141 pour, 5 contre et 35 abstentions. En nombre, cela représente un soutien à l'Occident. Mais si vous regardez les pays qui se sont abstenus, ils représentent la moitié de la population mondiale. Je pense donc que nous approchons de la fin de l'ère où l'Occident peut dicter ce à quoi le monde doit ressembler. Je ne dis pas que nous devons abandonner la démocratie libérale, bien au contraire. Nous devons rester fidèles à nos valeurs, mais nous devons comprendre que d'autres pays ne vont pas le faire. Je fais principalement référence à la Chine, à la Russie, mais aussi à l'Inde.

Comment pouvons-nous nous préparer à cette situation ?

Nous devons nous préparer comme les sages l'ont fait pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale : en réfléchissant dans les universités, entre politiciens, journalistes, fonctionnaires, etc. aux conséquences possibles. L'énergie, la technologie, la monnaie peuvent maintenant être des armes. Nous avons longtemps cru que le commerce nous rapprocherait et rendrait la guerre impossible, mais nous voyons maintenant que les choses qui étaient censées nous rapprocher nous éloignent. Je pense personnellement que nous allons vers une régionalisation du pouvoir, avec différents types de concentrations de pouvoir : l'UE en fait partie, les États-Unis aussi, peut-être la Chine, peut-être un pays d'Afrique, etc. Ce n'est pas la mort de la mondialisation, mais c'est un réajustement.

Diriez-vous que la réponse de l'UE à la crise a été la bonne ? Et que l'UE est à la hauteur du moment ?

Je pense que l'Union européenne et ses dirigeants ont été à la hauteur du moment. Ils sont également du bon côté de l'histoire. Je n'ai jamais vu l'UE plus déterminée ou plus rapide à réagir. C'est grâce à Emmanuel Macron, mais aussi à des gens comme Mario Draghi et à la Commission européenne, notamment Ursula von der Leyen et Josep Borell. Ils ont été capables de coordonner et d'unir l'Europe. Il n'y a rien qui unit plus l'Europe qu'un ennemi. Mais cet état de fait ne va pas durer. Il y a cette unité et cette solidarité à propos de l'Ukraine, mais nous commençons à voir un débat sur l'inflation, le prix des aliments et de l'énergie, et l'unité ne durera pas. Mais elle aura eu lieu. Et une fois que vous avez fait un pas dans l'intégration, il est très difficile de se rétracter. Et nous avons fait deux ou trois pas en avant. Ce que les dirigeants européens doivent faire maintenant, c'est communiquer sur le prix de la guerre et les dividendes de la paix. L'élection en France sera le premier test.

Propos recueillis par Guilhem Dedoyard

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !