Monaco : Albert et Charlene, chauffeurs de buzz | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Monaco : Albert et Charlene, chauffeurs de buzz
©

Zone franche

Monaco : Albert et Charlene, chauffeurs de buzz

Si la presse française n’existait pas, Monaco l’inventerait. Et vice-versa.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Une info, un démenti : deux informations », l’axiome attribué à Yvan Audouard (pour les plus jeunes, un écrivain, journaliste et dialoguiste fort rigolo mais mort) ne prend vraiment tout son sens qu’avec le Web. L’aveu d’une erreur, ça peut toujours boucher un trou entre deux pubs, mais il est rare que ça fasse vendre davantage de papier.

Sur Internet, où le clic est roi, lâcher, comme vient de le faire le site de L’Express juste avant de se rétracter, qu’un mariage princier pourrait être annulé faute de combattante, c’est effectivement tout bénéf’. L’internaute amateur de pipoles clique une première fois pour savoir si c’est vrai, une seconde fois pour qu’on lui explique en quoi c’est faux et toute une palanquée de surfeurs plus intéressés par le pataquès proprement-dit que par les heurs et malheurs d’Albert et de Charlène lui emboîtent le pas...

Mieux : on peut commenter l’affaire sur un autre site (Atlantico ?) et récupérer une partie du trafic sans pour autant encourir les foudres du confrère puisqu’on lui sert également de rabatteur… Tout le monde est content !

Enfin, tout le monde sauf les sujets de l’information, qui ne sont d’ailleurs pas exactement des sujets puisqu’ils sont plutôt des souverains mais ne chipotons pas. Remarquez, qu’ils soient si mécontents n’est pas prouvé non plus : un mariage sur le Rocher, c’est glamour mais pas tant que ça. A côté de Kate et William, nos deux tourtereaux méditerranéens feraient même un poil province. Alors s’ils peuvent profiter d’un peu de buzz avant la cérémonie, so much the better (comme dirait Charlene qui ne parle pas un word de monégasque).

La jolie sud-africaine a-t-elle vraiment découvert un cadavre dans le placard de son promis (c’est juste une image, hein, pas un scoop), décidant alors qu’il était préférable de retourner chez sa mère ? A-t-elle subitement réalisé que Monaco, c’est tout petit et pleins d’escaliers ?  A-t-elle été demandée in extremis en mariage par Jacob Zuma, qui est tout de même plus marrant qu’Albert et n’en est pas à une épouse près ?

On se perd en conjectures.

Surtout lorsque l’AFP laisse entendre (via Le Figaro, puisqu’on vous dit que tout le monde profite !) que la principauté aurait cherché à faire supprimer l’article initial ― ce qui semble assez grotesque puisqu’à l’heure qu’il est, même les blogs de recettes de cuisine sont sur le coup.

C’est que rien de ce qui se passe sur le Rocher ne nous est vraiment étranger, la famille Grimaldi étant un peu la monarchie que nous n’avons plus mais dont nous continuons à rêver. Tiens, il fut même un temps où s’en moquer vous faisait perdre votre boulot à la téloche, vous forçant à vous transformer en patron de presse altermondialiste (toujours pour les plus jeunes, le présentateur du JT Bernard Langlois, aujourd’hui directeur de Politis, s’était fait virer de France 2 pour avoir ironisé sur la mort de Grace de Monaco).*

Bah, c’était une autre époque et l’on ne vire plus les journalistes parce qu’ils se moquent d’un prince champion de bobsleigh. Du moins j’espère.

Bon, mais c’est quoi, le lourd secret qu’elle a découvert, la Charlene ? Et si elle est partie, pourquoi est-elle revenue ? Aura-t-elle aussi une sœur plus sexy  pour demoiselle d’honneur ? Albert va-t-il vraiment se faire poser des implants capillaires ? Vivement samedi, qu’on tire tout ça au clair…

________________________

* Bernard Langlois me demande de préciser qu'il n'a pas été renvoyé de la chaîne après l'affaire du Rocher, mais s'est seulement vu retirer la présentation du JT. Par ailleurs, il n'est plus directeur de Politis et a pris sa retraite. Dont acte.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !