La France dans la ligne de mire du successeur de Ben Laden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La France dans la ligne de mire 
du successeur de Ben Laden
©

Al Quaïda

La France dans la ligne de mire du successeur de Ben Laden

C'est officiel, Al-Zawahiri devient le nouveau chef d'Al-Qaïda. Le père spirituel de l'organisation a annoncé dans un communiqué, diffusé jeudi, qu'il succède à Ben Laden. Et manque de chance, il déteste la France.

Mathieu  Guidère

Mathieu Guidère

Mathieu Guidère est islamologue et spécialiste de veille stratégique. Il est  Professeur des Universités et Directeur de Recherches

Grand connaisseur du monde arabe et du terrorisme, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le Choc des révolutions arabes (Autrement, 2011) et de Les Nouveaux Terroristes (Ed Autrement, sept 2010).

 

Voir la bio »

Sommes-nous sûr qu’Al-Zawahiri est le nouveau chef d’Al Qaïda ?

Nous pouvons l’affirmer avec certitude. Il a livré un message la semaine dernière dans lequel il ne se prononçait pas en tant que chef. Mais l’indice essentiel, qui montre qu’il a pris la succession de Ben Laden, c’est le fait qu’il prête allégeance au nom de l’organisation au Mollah Omar qu’il appelle le commandeur des croyants. Il n’y a qu’un chef qui peut prêter allégeance à un autre chef. Al Zawahiri ne l’avait pas fait auparavant. On peut dire avec une quasi-certitude qu’il a été désigné comme le successeur de Ben Laden à la tête de l’organisation.

Qui est réellement cet homme ?

Cet homme est un vétéran du Djihad. Il a essayé toutes les formes de Djihad. Il a débuté dans le Djihad local en 1970, il a été un des membres fondateurs du Djihad islamique égyptien. On se souvient que l’un de ses membres a assassiné le Président égyptien, Anouar el-Sadate en 1981. Il est ensuite rentré dans le Djihad antisoviétique dans les années 80. C’est un membre fondateur d’Al-Qaïda au côté de Ben Laden. C’est un vétéran du Djihad depuis 1970. Au sein de l’organisation il a une légitimité historique indéniable puisqu’il a été l’idéologue d’Al-Qaïda. L’aspect symbolique, c’est qu’il est le compagnon de Ben Laden depuis le début, il est resté jusqu’à la fin avec lui, c’est un des seuls. Il a aussi été son médecin personnel. Il a également été le porte-parole de l’organisation centrale. Et surtout il a été chargé des relations avec les autres branches. C’est-à-dire qu’il a été l’interface entre Ben Laden et les différentes branches, maghrébines, yéménites, irakiennes, somaliennes, et saoudiennes auparavant. Il a notamment été l’interface avec Aqmi. Il était chargé des relations internationales de l’organisation. Il est aussi connu que Ben Laden dans la mouvance djihadiste.

Faut-il être plus effrayé qu’avec Ben Laden ?

Les Français doivent en avoir peur. Al-Zawahiri est bien plus haineux envers la France que Ben Laden ne l’était, il n’a quasiment jamais attaqué notre pays. Il n’a fait qu’un seul discours contre la France, celui du 27 octobre 2010. Mais Al-Zawahiri depuis 2003 n’a cessé de faire des discours contre la France, contre la loi sur les signes religieux en 2003, et la loi contre le voile et la burqa. C’est lui qui a d’ailleurs désigné la France comme l’ennemi prioritaire d’Aqmi.

On sait qu’il est relativement plus radical que Ben Laden, pour une raison très simple. Ben Laden acceptait deux principes de l’Islam à savoir la négociation avec les ennemis de l’Islam, en l’occurrence les occidentaux ennemis désignés d’Al-Qaïda, et la possibilité d’une trêve avec l’ennemi, sans faire d’attaques terroristes, sans attaquer. Al-Zawahiri s’’est toujours opposé à cette option. Pour lui, l’Islam doit vaincre puisque Allah est avec les moudjahidines. Il est dans l’idée qu’il existe un vainqueur et un vaincu. D’ailleurs, dans son optique, il estime que, jusqu’à présent, le Djihad a toujours été vainqueur dans les guerres qu’il a mené. Il le rappelle dans son dernier message. Pour lui les moudjahidines ont gagné contre l’Union soviétique, ils ont emporté la victoire en Irak et en Afghanistan. Il estime que la dernière victoire d’Al-Qaïda est la réussite d’avoir entrainé la communauté musulmane dans la bataille contre les agents de l’Occident, c’est-à-dire les gouvernements en place soutenus par les américains.

Quel est actuellement son rôle maintenant qu’il est à la tête d’Al-Qaeda ?

Son rôle est de donner une direction à la fois idéologique et militaire. Il va donner une direction stratégique et opérationnelle à l’organisation. Il va probablement essayer d’inculquer une nouvelle orientation plus axé sur le combat contre l’Occident puisque les révolutions arabes sont en train de se faire sans Al-Qaïda. Il se présente, lors de son « discours d’investiture », comme le continuateur de l’œuvre de Ben Laden, celui qui va continuer le Djihad avec la même optique et les mêmes objectifs. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !