Les mots clés de l'économie en 2014 (5/5) : AIDA, le cri de guerre des temps modernes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les mots clés de l'économie en 2014 (5/5) : AIDA, le cri de guerre des temps modernes
©Reuters

AIDA

Les mots clés de l'économie en 2014 (5/5) : AIDA, le cri de guerre des temps modernes

Quelques mots et expressions vont baliser l'année 2014. Ils correspondent à une situation en voie de réforme et répondent à une nouvelle économie qui émerge de la crise. Aujourd'hui, AIDA. Rien à voir avec l’opéra de Verdi qui fut créé en 1871. AIDA est devenu le cri de guerre des entrepreneurs qui en veulent.

Pourquoi AIDA ? Parce que toute la logique de l’entrepreneur est résumée par ces quatre lettres magiques :

- A comme Attention : retenir l’attention des clients et/ou des salariés afin d’être écouté, puis entendu, puis choisi.
- I comme Intérêt : retenir l’attention puis susciter l’intérêt pour accrocher, fidéliser...
- D comme Désir : provoquer le désir.
- A comme Achat: Parce qu'il faut bien que le client achète. Sans achat, pas de valeur créé. Le plus beau tableau du monde restera sans valeur aucune si personne ne le remarque et n’en a envie. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]

L’entreprise fonctionne selon la même logique. AIDA, c’est le b.a.-ba de cette logique d’offre qui domine l’économie moderne. Sans offre, pas de progrès, pas d’emplois et pas de croissance. Dans AIDA, il y a toute l'industrie marketing et toutes les techniques de communication moderne. Il y a surtout des innovations à proposer et à vendre. Si le produit n’est pas bon, on pourra faire toutes les communications possibles ça ne marchera pas.

Il y a 20 ans, quand les grands opérateurs de téléphonie mobile ont essayé de tester le potentiel de développement des réseaux, il ont découvert que le marché était de deux millions d’abonnés. En gros, les abonnés à Radiocom 2000 ! 20 ans plus tard, il y a en France 70 millions d’abonnement à Orange, SFR, Bouygues et les autres. Au départ, la logique aurait voulu que l’on ne lance pas les investissements. A l’arrivée, le succès dépasse tout ce que l'on avait imaginé.

Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est le client qui a découvert l’usage du produit. C’est le client qui a inventé les services. C’est le client qui a acheté le produit pour un usage qui n’était pas prévu au départ. Le mobile sert à envoyer de l’information. Mais il sert surtout à envoyer de l’immatériel : de l’affection, de l’amour, de l’assurance. Aujourd’hui, il permet d’emporter avec soi la moitié de sa maison : ses factures, ses photos… Aujourd’hui, il sert à s’informer, lire les journaux, regarder la télévision, acheter... Qui l’eut cru ? AIDA.

On raconte que Verdi n’aimait pas son opéra. Il a changé plusieurs fois l’ouverture pour attirer l’attention. Il n’aimait pas non plus le livret. Il aurait voulu autre chose. Il n’a d’ailleurs pas assisté à la présentation de l’opéra au Caire. Il pensait que cela n’aurait aucun succès. Cet opéra a été ovationné et plébiscité par les gens ordinaires qui en ont fait autre chose que ce que Verdi imaginait.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !