Pourquoi l’Afghanistan n’a toujours pas été pacifié ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pourquoi l’Afghanistan
n’a toujours pas été pacifié ?
©

Guerre sans fin

Pourquoi l’Afghanistan n’a toujours pas été pacifié ?

Américains et Français entament un premier retrait d'Afghanistan alors que la guerre n'est pas gagnée. La plus puissante armée du monde n'est pas venue à bout des talibans. Les raisons en sont d'abord techniques et organisationnelles.

Philippe David

Philippe David

Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.

Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux éditions de l'Ixcéa, qui retrace les deux premières années de présidence Sarkozy et  "De la rupture aux impostures", Editions du Banc d'Arguin (9 avril 2012). 

Voir la bio »

On fait parfois des rencontres fortuites qui vous « secouent les tripes ». C’est ce qui m’est arrivé vendredi dernier lorsque je me suis trouvé derrière les corbillards qui transportaient le corps du parachutiste Florian Morillon dont les obsèques venaient de se dérouler à Pamiers et qui était alors conduit vers sa dernière demeure.

Je ne pouvais alors éviter le regard de ce jeune homme de 20 ans fauché en pleine jeunesse dont la photo était posée sur le cercueil au milieu des gerbes de fleurs tricolores. Cela me rappela le récit de l’explosion du « Drakkar » le 23 octobre 1983 par mon chef de peloton, para lui aussi, qui avait vu en direct l’attentat dans lequel avaient péri 58 paras du 1er RCP, le régiment auquel appartenait Florian Morillon. Cela me rappela également la tristesse du régiment situé à quelques mètres de chez moi, le 17ème RGP, qui avait perdu un des siens, le caporal-chef Guillaume Nunes Patego , dont le drapeau était en berne au début du mois. Et inéluctablement la même question revenait dans ma tête : Pourquoi ?

Pourquoi, alors que l’innommable régime des talibans a été renversé, l’Afghanistan n’a toujours pas été pacifié après près de 10 années de guerre ? Pourquoi tous ces jeunes français tués alors que l’annonce simultanée par les présidents américains et français (ne voyez là aucun alignement de la politique étrangère française sur celle de Washington) préfigure une retraite en bonne et due forme, la guerre étant d’ores et déjà perdue ? Pourquoi cet échec alors que la coalition regroupait en son sein des armées parmi les plus puissantes et les mieux équipées du monde ?

Les raisons de cet échec sont multiples.

La première est le but inavoué de cette guerre

Ne nous berçons pas d'illusions, nonobstant le sang versé par nos soldats, les Français n'ont rien à dire dans cette guerre, les décisions étant exclusivement américaines. Nous sommes là pour envoyer de la chair à canons, rien de plus. Tout est décidé à Washington dans l'unique but de servir les intérêts américains, pétroliers en particulier, le pétrole du Caucase devant être exploitable sans passer par l'Iran ni par la Russie. Il vous suffira de regarder une carte pour voir que l'Afghanistan est le seul point de passage pour ce pétrole en évitant ces deux pays de "l'axe du mal". En fait de guerre contre le terrorisme, cette guerre est plus une guerre des approvisionnements pétroliers.

La deuxième est la manière dont est menée cette guerre

Combien de raids meurtriers sur des villages afghans suite à des erreurs de bombardements où sur des villages pakistanais ont fait basculer la population dans le camp des talibans ? Ce n'est pas en tuant des femmes, des enfants et des vieillards que la coalition se fera aimer des populations locales. Et ce n'est pas en leur expliquant qu'on est désolés de ces "dommages collatéraux" qu'on les convaincra que les forces de la coalition sont les gentils et les talibans les méchants.

Les missiles et les bombes qui tuent votre famille ou vos voisins n'ont pas de cocarde ni de nationalité quand ils explosent et cela explique que nos soldats sont aujourd'hui considérés comme "moyennement méchants" par les populations locales, la faiblesse de nos forces comparée à celles des Etats-Unis faisant des américains les "très méchants". Les Turcs étant peu nombreux et musulmans, cela leur permet d'avoir le rôle de "gentils" au sein de la population. On ne gagne pas une guerre loin de ses bases, dans un pays culturellement aux antipodes de sa culture en poussant les autochtones à rejoindre les rangs de vos ennemis.

La troisième est l'approche globale de cette guerre

Comment prétendre pacifier un pays plus grand que la France et essentiellement composé de montagnes avec des effectifs maximum de 130 à 140 000 soldats alors que les soviétiques ont échoué avec plus de 160 000 hommes au plus fort de la guerre qu'ils ont mené de 1979 à 1988 ? Pour gagner une guerre il faut s'en donner les moyens tant en hommes qu'en matériel et l’armée rouge qui était à l’époque la plus puissante du monde ayant échoué sur le même terrain avec des effectifs supérieurs, la victoire était quasi impossible.

Comment justifier que l'Afghanistan est aujourd'hui le premier producteur mondial de pavot alors que la culture de cet opiacé qui sert à fabriquer l'héroïne s'était effondrée avant la mise en place du régime pro-américain d'Hamid Karzaï? Défend-on aujourd'hui un narco-État ?

Comment enfin affirmer que la coalition a installé la démocratie en Afghanistan alors que les fraudes en faveur d’Hamid Karzaï ont été massives lors de son « élection » ?

Toutes ces constatations méritent des explications, toutes ces questions méritent des réponses et nous ne savons toujours pas pourquoi 63 de nos soldats sont tombés là-bas, le chiffre s’étant malheureusement alourdi samedi avec la mort du parachutiste Cyrille Hugodot, du 1er RCP lui aussi, tombé samedi dans la Kapisa.

Face à ce conflit interminable beaucoup de questions restent posées et bien peu de réponses nous sont apportées.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !