A quoi pense Mélenchon quand il promet l'enfer à Margaret Thatcher ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
A quoi pense Mélenchon quand il promet l'enfer à Margaret Thatcher ?
©

Obsèques à la française

A quoi pense Mélenchon quand il promet l'enfer à Margaret Thatcher ?

Contre Maggie, tout est permis ! Surtout le pire.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L’enfer sera peuplé de crétins
Jouant au foot ou à la guerre

A celui qui pisse le plus loin
Moi je me changerai en chien si je peux rester sur Terre
Et comme un réverbère quotidien
Je m’offrirais madame Thatcher

C’est en 1985 que Renaud écrivit ces paroles dans une chanson "Miss Maggie" dont le succès fut grand. Autant dire que, dans ces années- là, personne ne fut en France (enfin dans celle qui se pensait très à gauche) autant détesté que madame Thatcher. Elle incarnait en effet, crime des crimes, forfait imprescriptible, le libéralisme. Pire que le stalinisme, le maoïsme, le fascisme, et le nazisme réunis…

De surcroît  heurtant des consciences très sensibles, elle avait brisé une historique grève des mineurs qui tentaient d’empêcher l’inévitable mise à mort du charbon. Alors quoi de plus normal que d’allumer des feux de joies et de sabler le champagne à l’annonce de son décès !

Pisser sur madame Thatcher ? Renaud en avait rêvé. Mélenchon l’a fait. Le chanteur, aujourd’hui âgé de 61 ans et, l’alcool aidant, très fatigué, s’est contenté de commenter l’évènement par un sobre « je m’en fous ». Rien de tel avec Jean-Luc Mélenchon, autrement plus vigoureux, qui a lâché « Margaret Tchatcher apprendra en enfer ce qu’elle a fait aux mineurs ». Oui, il a bien dit et volontairement « Tchatcher ». Le patron du Front de Gauche, en émule appliqué de Jean- Marie Le Pen, sait en effet que pour se faire remarquer du bon peuple il convient de détourner des mots, et d’inventer et d’écorcher des noms…

Margaret Thatcher est donc morte. Les mines de charbons européennes l’ont précédée dans la tombe d’une petite vingtaine d’années : à titre purement symbolique il en reste deux ou trois en Pologne. En Chine en revanche elles sont nombreuses : les mineurs chinois descendent au fond de la mine pour un salaire dont ne voudrait même pas un SDF rom. Chez nous c’est Mitterrand qui les a fermées à peu près en même temps que madame Thatcher mais comme il était de gauche personne n’a jugé bon de protester. La haine s’est concentrée sur la seule Margaret Thatcher. Pourtant elle n’a été que la main (de fer il est vrai) qui a appliquée un verdict rendu par trois juges indépendants : le pétrole, le nucléaire, et le gaz.

Mais de tout ça Mélenchon n’en a cure. Il sait ce qu’il sait, c’est-à-dire pas grand-chose. Il dit ce qu’il dit, c'est-à-dire des phrases qui relèvent du graffiti de chiottes. Pour rester dans ce registre mortuaire citons, une fois n’est pas coutume, Marine le Pen. Interrogée sur le patron du Front de Gauche, cette dernière s’est refusée à tout autre commentaire que celui-ci : « On ne tape pas sur un cadavre ». Comme souvent la présidente du Front National se trompe. En effet le cadavre en question bouge encore. Il a trouvé la force d’aller cracher sur la tombe de Margaret Thatcher .

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !