Six signes qui montrent que vous avez peut-être trouvé l'amour de votre vie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Six signes qui montrent que vous avez peut-être trouvé l'amour de votre vie
©Reuters

Bonnes feuilles

Six signes qui montrent que vous avez peut-être trouvé l'amour de votre vie

Dans son nouveau livre, abondamment illustré de témoignages, Patricia Delahaie décrypte les codes de l’amour et offre des conseils pour réussir au mieux les différentes étapes de la rencontre. Extrait de "Comment faire la bonne rencontre", publié chez "Le livre de poche" (2/2).

Patricia Delahaie

Patricia Delahaie

Psychosociologue de formation, Patricia Delahaie est l’auteur de plusieurs best-sellers, dont Ces amours qui nous font mal, Comment plaire en 3 minutes, et au Livre de Poche Comment garder le moral (même par temps de crises). Elle est aujourd’hui conférencière et coach de vie.

Voir la bio »

Vous êtes libre

Vous êtes libre dans votre coeur et dans votre tête. Vous avez tiré un trait sur vos histoires passées et vous n’en gardez ni amertume ni ressentiment. Vous avez confiance en l’autre, en la vie, en vous, et pourtant vous avez envie de changer d’horizon, de voir du pays, de sortir de vos routines. Le sociologue Francesco Alberoni affirme que l’on tombe amoureux quand on a envie de « devenir quelqu’un d’autre dans une autre vie ». Vous rêvez de changement en passant à l’action. Parfait, cet état d’esprit est l’idéal pour trouver quelqu’un qui, de son côté, a les mêmes envies.

Il y a de l’amour

On a du mal aujourd’hui à définir l’amour car on a eu des coups de coeur et des élans de désir sans suite. Comment reconnaître la grande et belle histoire, la vraie ? En fait, elle commence comme les autres par une « attirance physique et intellectuelle qui donne envie de se rapprocher », dit le dictionnaire. Une attirance mutuelle. On a du plaisir à se regarder et à se parler, on a envie de se revoir. À ce stade, beaucoup d’hommes et de femmes prennent peur. Ils se rappellent leurs échecs, leurs souffrances. Cette bonne rencontre si ardemment souhaitée, les effraie quand elle arrive au point qu’ils font tout pour saboter l’histoire qui commence à peine. L’excellent film de Bernard Jeanjean, J’me sens pas belle, avec Marina Foïs et Julien Boisselier, illustre bien les incohérences des célibataires à la fois tentés et effrayés par l’amour. L’héroïne prétend ne vouloir que des aventures d’un soir. Elle invite un collègue à dîner et fait tout pour le séduire. Il résiste dans un premier temps, puis cède à son charme, devient entreprenant, et elle freine alors de toutes ses forces, ne veut plus séduire, ni faire l’amour. Elle invoque quantité de prétextes pour ne pas aller plus loin : elle n’a plus de préservatifs, elle se sent moche, elle n’aime pas dormir avec quelqu’un, elle a ses règles... Face à l’amour, toute sa vulnérabilité ressort. Elle voudrait retrouver sa force, c’est-à-dire « ses repères » de célibataire, qui pourtant la rendent triste. Bref, plus il l’attire, plus elle se dérobe. Un jeu du chat et de la souris qui entraîne des comportements incompréhensibles, des maladresses, des disparitions brutales après de si beaux débuts. Heureusement, le héros de ce film comprend que ce « n’importe quoi » vient de la peur d’une femme blessée. Et tout finira bien, car pour eux c’est la bonne rencontre.

Laissez-vous faire par l’amour. Ne vous tirez pas une balle dans le pied en résistant de toutes vos forces parce que « l’amour finit mal, en général », que vous ne comprenez pas que l’on puisse vous aimer si fort, vous trouver beau ou belle malgré tout ce que vous n’aimez pas chez vous. Remballez vos peurs et vos doutes. Profitez de l’instant présent, concentrez-vous sur ce que vous aimez, ne cherchez pas « la petite bête » et réjouissez-vous de vous être trouvés. La sagesse ? Elle s’acquiert un jour après l’autre.

Vous avez les mêmes valeurs

Les valeurs sont souvent en question dans les profils des sites de rencontre. Que signifient-elles exactement ? Que nous avons les mêmes priorités dans la vie, les mêmes idées sur le bien et le mal, sur la façon dont il faut se comporter à l’égard de son conjoint, de sa famille, de ses enfants. Si nous n’avons pas les mêmes valeurs, nous serons choqués par une manière de se comporter, nous n’arriverons pas à admirer cet homme, cette femme : ce n’est pas quelqu’un de bien ! Nous serons déphasés sur l’essentiel et nous n’arriverons pas à nous comprendre. De ces valeurs, il est important de parler car elles ne vont plus de soi. Il y a un siècle,il était évident qu’une femme était fidèle à son mari par exemple. Aujourd’hui, il est des femmes qui refusent de s’engager dans ce schéma. Adeline, 56 ans, considère depuis toujours que son corps lui appartient et que le plaisir sexuel qu’elle peut éprouver en dehors de son couple ne regarde qu’elle. La morale, elle la met dans son souci de ne pas faire de peine et d’être toujours solidaire, quoi qu’il arrive, avec son époux.

Vos rêves sont compatibles

Comme chacun peut avoir un projet de vie différent dans la modernité, il n’est pas sûr de pouvoir les harmoniser. Sylvain, 31 ans, fait partie de ces grands voyageurs heureux par monts et par vaux. Proposez-lui un bureau et le RER, et vous le retrouvez sous tranquillisants, en pleine dépression. Mariez-le avec une fille popote rêvant d’une vie simple entre enfants, télé et camping pour les vacances, et leur relation n’y survivra pas, si amoureux soientils. Une histoire d’amour fait souvent office de tremplin pour trouver sa « vraie » place dans la vie. Cette fois, vous pouvez réaliser vos rêves parce qu’ils se ressemblent.

Vos corps s’entendent bien

Il n’est pas nécessaire que la sexualité des débuts vous envoie au septième ciel. Ça n’arrive qu’avec le temps, la confiance, surtout si on bénéficie d’une expérience limitée. Les femmes qui conçoivent la sexualité comme une chose très intime – et plus cachée, y compris pour elles-mêmes – mettent du temps à s’abandonner. Néanmoins, vous avez beaucoup de plaisir à vous toucher, à être dans les bras l’un de l’autre, vos corps s’inspirent des caresses, du plaisir. Vous sentez que vos sexualités s’harmonisent, que vous êtes dans le même registre, que ce qui excite l’un excite l’autre. Vos tempos se ressemblent, c’est-à-dire que vous avez à peu près les mêmes besoins et le même timing, car certains aiment faire durer le plaisir tandis que d’autres préfèrent un rapport sexuel « vite fait bien fait ».

C’est simple, réjouissant, épanouissant

La conversation coule, c’est facile, fluide, vous avez toujours des choses à vous dire sans envie de bâiller, sans idées qui s’évadent. Vous n’avez pas besoin de chercher les mots, les sujets de conversation. Ils arrivent facilement et vous parlez le même langage, vous partagez les mêmes points de vue, à moins qu’ils ne soient subtilement décalés, ce qui pimente et élève le débat. Bref, vous ne vous ennuyez pas ensemble.

Chacun s’intéresse à ce que l’autre pense, ressent, imagine. La relation est calme et naturelle. Il y a de la confiance et de la réciprocité. Et vous savez vous en réjouir.

Extrait de "Comment faire la bonne rencontre", de Patricia Delahaie, publié chez "Le livre de poche", 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !