Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Politique Fiction

5 scénarios non conventionnels par lesquels Hollande pourrait tenter de se sortir du guêpier loi Travail (s'il n'était pas lui...)

Alors que le gouvernement français essuie une fois de plus la contestation de nombreux opposants à sa loi Travail ce jeudi dans la rue, quelles sont les mesures qui permettraient à François Hollande de se sortir de ce guêpier social et politique ? Petit tour d'horizon des scénarios (plus ou moins…) envisageables.

Nous sommes dans un moment très particulier. Davantage, dans une journée très particulière, entre "Brexit or not Brexit" et manifestation (interdite, donc autorisée, selon la nouvelle logique d'un pays jadis cartésien), dont personne, à l'heure où je vous réponds, ne peut donner l'issue. Graves incidents ou pas à Paris ?  Brexit ou pas à Londres ? Les portes de "dame Fortune", comme disait Machiavel, sont grandes ouvertes. A ceci s'ajoute l'incertitude extrême qui provient du décalage entre motivations  personnelles et contraintes extérieures. François Hollande a évidemment des souhaits mais, peut-il les réaliser ? Idem pour Valls. Idem pour la CGT. Nous avons à faire à une confrontation d'acteurs, dont seule la théorie des jeux pourrait rendre compte, et certainement pas le conformisme  ordinaire de tant de commentaires... 

 

1) Une dissolution de l'Assemblée nationale

Cette solution aurait l'immense avantage de redonner une "virginité" à François Hollande auprès de l'opinion publique. Nul doute qu'il se trouverait alors bien des hommes de droite pour relever "courageusement "le flambeau de Matignon. Quand le pouvoir est en jeu, il n'y a jamais de "vide", mais  toujours un "trop-plein", aimait à dire De Gaulle. De plus, les Frondeurs seraient réduits à ce qu'ils  sont, comme disait encore le Général, c'est à dire à "pas  grand-chose" (au mieux !). Enfin le FN aurait sans  doute suffisamment d'élus, les derniers sondages le montrent, pour contrarier le jeu de la droite. Il faut et il suffit d'attendre la crise parlementaire qui se produira en juillet avec la motion de censure. Et surout ce serait une issue démocratique

Ce serait donc le conseil que je donnerais à François Hollande, mais qu'il ne suivra probablement pas. Ce n'est pas un homme de poker. Il déteste les conflits trop apparents et les crises trop manifestes, dès lors qu'il peut trouver d'autres  solutions. 

  • Probabilité donc moyenne = 10/20. Ou plutôt, un pis-aller. 

2) L'organisation d'un référendum sur la loi Travail

Probabilité très faible. En début de quinquennat, cela aurait été envisageable. Mais à ce point du temps, et à ce degré de faiblesse, ce référendum paraît exclu. Le Président serait la première victime d'un "non" massif assuré. 

  • Sa position serait intenable. Probabilité = 2/20. 

3) La démission de Manuel Valls et la désignation d'un remplaçant "inattendu"

C'est une solution  très  sérieuse. Mais tout dépend de Manuel Valls.  Cette affaire sera-t-elle la couleuvre de trop ? Matignon vaut-il toutes les convictions? Il aurait du démissionner en janvier et il serait aujourd'hui une vraie alternative.Il faut choisir entre les  ors du Pouvoir et la liberté: choix que de Gaulle et Chirac ont su assumer. Hollande peut certes le contraindre à partir, mais  pour le remplacer par qui? Certainement pas Anne Hidalgo, qui a son poste garanti à la Mairie de Paris. Elle a le bon profil mais elle commettrait une grosse erreur. Il faut à la fois un "hollando-compatible", une personnalité qui a une bonne image à gauche et, si possible, à la gauche de la gauche, et qui soit une relative surprise pour apaiser un temps l'opinion publique,  Les médias ont peut-être donné hier soir la version autorisée, en insistant sur le divorce entre le Président et le Ministre de l'Intérieur d'un côté, et le Premier ministre de l'autre: Bernard Cazeneuve serait la solution dans ce cas. 

  • Probabilité = 14/20.

4) La démission de François Hollande

Totalement exclue, sauf caprice de Dame Fortune:  c'est-à-dire incidents gravissimes aujourd'hui et / ou troubles civils incontrôlables. François  Hollande est un personnage "machiavélien" au sens vrai du terme. La question est: comment se maintenir au Pouvoir? 

  • Probabilité = 1/20.

5) Le retrait du projet de loi 

Il n'est pas impossible : après tout de Gaulle lui-même a été pour l' "Algérie française", avant de se rallier à l'Indépendance. Mais il faudrait une rhétorique impeccable, dont le Pouvoir actuel ne semble pas capable. En revanche, une modification de la loi est toujours possible et peut parfaitement se combiner avec le scénario n°3, au nom de la "pacification des esprits". C'est pourquoi j'en reviens toujours à une plus forte probabilité (encore une fois aucune certitude) pour ce scénario : démission plus ou moins forcée de Valls et nomination d'un "apaiseur", Bernard Cazeneuve étant selon moi, l'homme désigné...Mais, encore une fois, entre cette solution et la réalité de l'avenir, il y a tout l'horizon des possibles, seule certitude des historiens. 

Et surtout, il reste la 6ème solution que vous ne mentionnez pas: on ne change rien et on compte sur le pourrissement de la contestation sociale. Les vacances approchent, il ne reste que 10 mois avant l'élection, l'opposition peut rejouer à "la droite la plus bête du monde" et la situation économique semble s'améliorer. Enfin, et elles le montrent envers et contre tout, les institutions sont solides. C'est sans doute le calcul préféré de François Hollande. Questions : l'exaspération de l'opinion permet-elle ce scénario? Manuel Valls est-il prêt à continuer?

  • Probabilité: 12/20.

 

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.