2,6 millions d’abonnés chez Free Mobile : quel avenir pour la concurrence sur le marché des mobiles ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Free Mobile s’était engagé à respecter plusieurs engagements dont celui de proposer à de potentiels locataires de pouvoir louer les lignes mises en place.
Free Mobile s’était engagé à respecter plusieurs engagements dont celui de proposer à de potentiels locataires de pouvoir louer les lignes mises en place.
©Reuters

Il a tout compris !

2,6 millions d’abonnés chez Free Mobile : quel avenir pour la concurrence sur le marché des mobiles ?

Tout comme l’on juge les 100 premiers jours d’un président de la République, l’on pourrait évaluer les 100 premiers jours d’un opérateur en matière de téléphonie mobile. Selon la qualité du signal, émis vers les autorités comme vers les consommateurs, les premiers mois peuvent laisser présager d’un futur plus ou moins rose et rentable.

Fabien Grenier

Fabien Grenier

Fabien Grenier a co-fondé Forfaits-Sans-Engagement.fr, le comparateur des nouveaux forfaits mobiles Low Cost et sans aucun engagement.

Actuellement co-fondateur d'une société de marketing à la performance, il a aussi travaillé chez Time Warner et Publicis.

Voir la bio »

La semaine passée, Xavier Niel, par le biais d’un discret communiqué de presse qui tranche avec la féérie dans laquelle s’est déroulé le lancement le 10 janvier dernier, a évoqué les résultats officiels du premier trimestre 2012. Comme l’on pouvait s’y attendre, ils sont très bons, d’un point de vue commercial, et même au-delà des espérances de la bande à Xavier (en tout cas officiellement). Free Mobile a donc libéré plus de 2,6 millions de pigeons (qualificatif utilisé lors de la présentation des offres pour évoquer les clients des opérateurs historiques).

Un chiffre qui bat évidemment tous les records en la matière, cela représente tout de même 22 abonnés par minute, rien que ça. Xavier Niel a donc réussi à gober 4,6% de parts de marché en un temps très réduit, sa recette a été pourtant simple : prix très bas, offre réduite (2 forfaits) et de l’illimité. Combiné à la FreeBox (offre internet fixe), le cocktail est une réussite, notamment grâce aux innovations nombreuses de cette dernière.

Deux offres simples à des prix très bas

Les deux offres ont révolutionné les standards du marché, tant au niveau des prix qu’au niveau de l’offre elle-même, les dirigeants des principaux opérateurs ont avoué avoir été étonnés du binôme prix-service. En ce sens, Free Mobile a remporté une belle bataille, mais la guerre ne fait que commencer, comme en amour, il faudra entretenir cette relation sur la durée car les consommateurs ont bien « capté » les avantages du « sans engagement » (conservation du numéro, résiliation express, etc…). Aussi, les chiffres ne sont pas les seuls éléments révélateurs…

Des marges réduites mais à quel « prix » ?

Sans sortir de Saint-Cyr, cette baisse notable des prix, et même si les opérateurs historiques en ont profité pendant des années selon les plus médisants, rogne foncièrement les marges des opérateurs. Dans un tel contexte où les consommateurs disposent de plus en plus de services à des tarifs de plus en plus bas (comme des écrans de plus en plus grands à des prix de plus en plus minces), d’un point de vue macro-économique, les projections du marché de la téléphonie mobile, en matière d’emploi ne sont pas bons. En effet, les embauches ont été gelées chez certains protagonistes car le manque à gagner est factuel. Quid donc de la hausse du pouvoir d’achat juxtaposée à la destruction d’emplois ?

Une concurrence étouffée selon l’ARCEP

De plus, selon un cahier des charges particulièrement précis, Free Mobile s’était engagé à respecter plusieurs engagements dont celui de proposer à de potentiels locataires de pouvoir louer les lignes mises en place. A ce petit jeu, Free Mobile s’est récemment fait épingler par l’ARCEP pour non-respect.  En effet, les tarifs proposés aux opérateurs virtuels (ne disposant donc pas d’un réseau physique) étaient supérieurs aux prix de vente du forfait proposé par le quatrième opérateur à 2 euros. La bande à Xavier va donc devoir revoir sa copie pour une concurrence plus loyale.

Les enjeux de la 4G

Bien sûr, seuls les détracteurs pourraient critiquer les chiffres diffusés par Free Mobile. A court terme, il s’agit d’une excellente opération. Alors que l’opérateur vise les 10 millions de clients à moyen terme, quelques réserves peuvent être émises. Parmi celles-ci, il est inévitable d’évoquer la 4G, ce protocole qui permettra aux mobinautes de surfer depuis leur Smartphone à la même vitesse que depuis leur domicile. Les opérateurs historiques en ont même fait la pierre angulaire de leur stratégie afin de proposer des offres plus qualitatives, comprenez haut-de-gamme. Il s’agit là d’un véritable facteur de différenciation pour eux. A ce petit jeu, Free Mobile devra réaliser d’énormes investissements pour espérer jouer un rôle central…

En cette période de Roland-Garros, Free Mobile a donc remporté le premier set, mais les autres opérateurs viennent de changer de cordage…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !