"Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Le mec va te coller une trempe" : Mourad, flic par conviction | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
"Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Le mec va te coller une trempe" : Mourad, flic par conviction
©MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Bonnes feuilles

"Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Le mec va te coller une trempe" : Mourad, flic par conviction

Ils s’appellent Tony, Betty, Manu, Yasmine, Sylvie, Mélissa, Mourad, Corinne, Jeff. La plupart du temps, vous ne les remarquez pas… sauf quand vous en avez besoin. Pourtant ils sont là. Travaillant au contact de la rue, de la violence, de la misère sociale et de la mort. Voici le vrai visage des 149 000 flics de France. Extrait de "Paroles de flics" de Jean-Marie Godard aux éditions Fayard (2/2).

Jean-Marie Godard

Jean-Marie Godard

Jean-Marie Godard est journaliste depuis 1990. Reporter durant vingt ans au bureau français de l'agence Associated Press, il exerce aujourd'hui sa profession en indépendant et est l'auteur du livre Paroles de flics (Fayard, 2018), une plongée dans le quotidien des policiers de base pour raconter l'humain derrière l'uniforme. Il est également co-auteur, avec Antoine Dreyfus, de La France qui gronde (Flammarion, 2017), road-trip au travers du pays.

Voir la bio »

Il est d’une autre génération que Yasmine. Né en France de parents algériens, il a grandi dans une cité de la banlieue parisienne. Il a 25 ans. Le 7 janvier 2015, c’est l’attentat de Charlie Hebdo. Ahmed Merabet, policier de confession musulmane, est froidement exécuté sur le trottoir du boulevard Richard-Lenoir à Paris par les frères Kouachi, alors qu’il leur demande de le laisser en vie.

Français d’origine algérienne, de confession musulmane, Mourad, lui, entre à l’école de police quelques mois plus tard. Une résonance terrible qui terrifie sa mère. « Elle n’était vraiment pas heureuse. Et puis elle s’y est faite », raconte-t-il aujourd’hui. Mais ce n’est pas ce meurtre qui l’a motivé. Et il dit n’avoir eu aucune hésitation, aucune peur après cette exécution. Ce qui l’a motivé, c’est son enfance. « J’ai grandi dans un quartier populaire et je voyais des jeunes comme moi foutre la merde et je me disais : “À  cause d’eux, on a une sale image.” Donc, je voulais casser cette image. »

Et puis, durant son enfance, les échos de l’Algérie qui parviennent en France par des membres de sa famille, alors que le pays se débat encore à l’époque avec le Front islamique du salut (FIS) et le Groupe islamique armé (GIA). « Nous, on sait ce que c’est. Ce n’est pas l’islam, c’est une secte. Ici comme là-bas, faut pas se laisser avoir par ces mecs-là », martèle-t-il. La religion musulmane, il la pratique « de manière modérée, pas dans le prosélytisme », et assure qu’il a des collègues femmes issues de l’immigration maghrébine qui sont entrées dans la police « pour échapper à une tradition débile, à une espèce d’ordre social qui voudrait que la femme reste à la maison. C’est une émancipation ».

Comme Yasmine, il parle de « blagues un peu déplacées » de la part de certains collègues, « mais faut pas non plus tout prendre au pied de la lettre ». Et d’un « vrai racisme », très rare, auquel il n’a été confronté qu’une seule fois, « un collègue qui a trouvé malin de dire que pour lui un Arabe dans la police, c’était une anomalie ».

Comme Yasmine, il décrit l’entre-deux-mondes dans lequel il vit. Mais de manière plus brutale dans certaines cités de la région parisienne. D’abord, « certains jeunes collègues, venus de province, qui répondent sur le même ton que celui des gars d’en face qui les agressent. Et ça peut très vite partir. Moi, j’essaie de calmer le jeu parce que j’ai les “codes”. Mais j’ai ma propre fermeté ». Parfois, Mourad se fait traiter de « traître » par les jeunes qu’il trouve en face de lui. « Et dans ce cas-là je leur réponds sur un ton calme, parfois en arabe : “Quoi, traître ? T’as vu comment tu parles aux policiers ? Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Mais là-bas le mec va te coller une trempe, t’embarquer et finir le boulot au commissariat. Et là-bas, y’aura pas de vidéo, pas d’IGPN, pas d’enquête.” »

Yasmine, 40 ans, Mourad, 24 ans. Nés en France, l’une de parents tunisiens, l’autre de parents algé- riens. L’une officiant en province, l’autre à Paris. Un homme, une femme, deux générations diffé- rentes et des parcours qui le sont aussi. Mais le même amour, la même défense intransigeante de la France et de ses valeurs.

Extrait de "Paroles de flics" de Jean-Marie Godard, aux éditions Fayard

Pour commander ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !