"Une fille comme elle" : pas un très bon Marc Lévy, mais un bon Marc Lévy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Une fille comme elle" : pas un très bon Marc Lévy, mais un bon Marc Lévy
©

Atlanti-culture

"Une fille comme elle" : pas un très bon Marc Lévy, mais un bon Marc Lévy

Christine Geliot-Lallour pour Culture-Tops

est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/jolie-petite-guerre-pour-voir-conflit-vietnamien-autre-jour-marcelino-truong-critique-roman-culture-tops-1051046.html#haDhCQSFJaMAkgzS.99

Christine Geliot-Lallour est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Show.

Voir la bio »

LIVRE

Une fille comme elle
de Marc Lévy
Ed. Robert Laffont

RECOMMANDATION

           BON

THEME

Sanji, un jeune indien entreprenant, au début d’une carrière éblouissante, vient à New York pour lever des fonds auprès de la banque dans laquelle exerce Sam, son ancien camarade de fac. Il est hébergé chez sa tante, indienne, dont le mari est liftier. Les ennuis commencent avec l’ascenseur mécanique témoin d’une autre époque. Et Sanji rentre dans le monde d’un immeuble et de ses habitant. Là, il rencontre l’amour, l’amitié, il connait le partage et la générosité.

POINTS FORTS

-        1)  La découverte d’un monde, celui d’un immeuble new yorkais ancien, avec ses habitants bien campés: les rôles secondaires sont très bien vus.

-      2)  Le choc de la famille indienne traditionnelle modeste et du neveu, jeune startuper : comment la tradition familiale et l’affection fonctionnent.

-      3)  Deux très bons personnages principaux : Deepack, avec son ascenseur à l’ancienne - sa passion et sa raison de vivre ; et Sanji, si remarquable à la fois de réussite et de dévouement, celui qui assume à la limite de l’épuisement les relations avec les investisseurs pour sa startup, les nuits comme liftier remplaçant et une histoire d’amour naissante.

POINTS FAIBLES

-        1)  Le style. C’est curieux, on dirait de l’anglais traduit en français : « nous pourrions tenter … je ne voudrais pas te contrarier davantage…  J’ignore qui il est… La pleine lune en était peut-être la cause… »

-      2)    La longueur. On ne s’ennuie pas, mais ça traîne un peu. Cette histoire ne justifie pas ses 360 pages.

-      3)     Le titre : Il ne donne pas une idée convenable de l’ouvrage. 

-      4)    Beaucoup de bons sentiments. Trop : la jeune fille handicapée si courageuse, si intelligente et qui va trouver l’amour qu’elle mérite, le happy end avec la fin des vilains tontons indiens qui avaient fait la ruine de la tante, l’amour et la fortune réalisés pour le jeune homme, sa chérie et les « bons » membres de sa famille. Même les gentils habitants de l’immeuble seront récompensés, y compris celui qui, par amour, a commis une escroquerie à l’assurance.

-      5)    A propos, je trouve cette fausse histoire de bijoux volés assez mal ficelée. Dans l’ensemble de l’ouvrage, le côté « enquête », d’habitude très réussi chez Marc Lévy, me déçoit.

EN DEUX MOTS

Voilà un Marc Lévy agréable à lire comme toujours, et dont je garderai personnellement un souvenir : la couleur locale de cet immeuble et de ses habitants.

UN EXTRAIT

« Tous les matins à 6 h 15, Deepack entre au n°12, Cinquième avenue, par la porte de service … Il astique sa cabine, d’abord le bois vernis avec un chiffon doux et de l’encaustique, puis la manette en cuivre. Monter à bord de son ascenseur, c’est faire un court voyage dans une voiture de l’Orient Express, ou, si l’on relève la tête pour admirer la fresque renaissance qui orne le plafond, grimper au ciel dans le cercueil d’un roi »

L’AUTEUR

Marc Levy est l’un des grands romanciers français à succès. Après des études de gestion et d’informatique, il commence sa carrière dans l’humanitaire, puis il créé plusieurs entreprises, notamment un cabinet d’architecture de bureaux. C’est à 38 ans qu’il écrit son premier roman « Et si c’était vrai » qui connait un succès fulgurant. Depuis, il se consacre à l’écriture : il publie chaque année, avec une régularité d’horloge, un roman à succès chez Robert Laffont (en 2009, il en publie deux, mais c’est une paire...). Trois de ses romans ont été portés à l’écran.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !