"Un jeune issu de l'immigration quitte la France dégoûté des discriminations" : les très curieuses approximations de France Info ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
"Un jeune issu de l'immigration quitte la France dégoûté des discriminations" : les très curieuses approximations de France Info !
©Reuters

Radio Oumma ?

"Un jeune issu de l'immigration quitte la France dégoûté des discriminations" : les très curieuses approximations de France Info !

Cette radio du service public flirte avec les contre-vérités. Et il lui arrive de se prendre les pieds dans son propre tapis.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le sous-titre de l'article est aussi alléchant que le titre. "Regards mal-placés, sous-entendus racistes... un ingénieur de 27 ans, d'origine maghrébine, explique comment l’expérience du racisme au quotidien les a convaincus de quitter la France" ? "Les a convaincus" ? Attendez un peu avant d'avoir l'explication de cet étrange pluriel. 

Karim, un ingénieur de 27 ans, a donc décidé, "après une mûre réflexion", d'émigrer en Grande-Bretagne. C'est sûr qu'il y sera mieux. A-t-il subi en France, à titre personnel, des discriminations racistes, lui demande France Info ? Karim répond honnêtement que non. Alors pourquoi est-il parti ? Il avait "ras le bol" du climat symbolisé "par la disqualification de Mennel Ibtissem de The Voice ou encore le déchaînement contre Maryam Pougetoux la responsable de l'UNEF voilée".

Pas tout à fait satisfaite, la radio insiste : "avez-vous eu l'impression d'être plus surveillé que la moyenne lorsque vous vous rendez dans un magasin" ? Karim fait appel à sa mémoire : "oui, quand j'avais douze ans on ne me laissait pas entrer seul dans un supermarché". S'est-il demandé pourquoi les vigiles étaient si suspicieux à l'égard de gamins comme lui ? 

En Grande-Bretagne tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Lors d'un entretien d'embauche, il a demandé au DRH s'il y avait une salle de prière dans l'entreprise. "Evidemment que oui" lui a-t-on appris. Alors qu'en France, soupire Karim, "c'est quasiment impossible". Chez nous, des centaines de milliers de musulmans prient tranquillement à leur domicile ou dans des mosquées. C'est pas assez ?

Un petit bémol cependant. A l'aéroport, Karim a été contrôlé par une policière voilée. Voici le commentaire de Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, qui ne perd jamais une occasion d'afficher sa bêtise. "C'est une manière de repousser le stigmate qu'on perçoit sur soi-même". Ce pauvre Sopo ignore-t-il qu'en Angleterre, il y a outre des policières voilées, des bobbies sikhs enturbannés. Comme il se doit, ils contrôlent tout le monde : les Arabes, les Juifs, les catholiques, les protestants, les Papous, les Américains, les Ghanéens, les Français... 

Maintenant l'explication du pluriel ("les a convaincus"). France Info, qui a oublié de corriger son texte, explique qu'un des deux témoignages a été écarté car l'interviewé "tenait des propos homophobes". Et elle disait quoi cette victime du racisme ? Qu'elle quittait la France car elle était dégoûtée de voir des pédés, des fiottes s'embrasser dans la rue ? Sans le vouloir, France Info nous apprend beaucoup de choses.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !