"Ultra Rich Asian Girls" : la web série sur le quotidien délirant des héritières de milliardaires chinois expatriées au Canada | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
"Ultra Rich Asian Girls" met en scène une jeunesse dorée qui dépense sans compter.
"Ultra Rich Asian Girls" met en scène une jeunesse dorée qui dépense sans compter.
©

C'est pour la petite bourgeoisie

"Ultra Rich Asian Girls" : la web série sur le quotidien délirant des héritières de milliardaires chinois expatriées au Canada

La série relate les péripéties de quatre jeunes femmes accros au champagne et aux voitures de luxe, dont les parents font partie des nouveaux millionnaires que compte la Chine.

Après les téléréalités à succès comme "L'incroyable famille Kardashian", ou encore "Rich kids of Beverly Hills", mettant en scène le quotidien de riches américains, "Ultra Rich Asian Girls" vient faire écho à cette jeunesse dorée qui dépense sans compter.

Cette fois en revanche, c'est la vie de Florence, Chelsea, Coco, et Joy, des jeunes chinoises âgées d'environ 20 ans, résidant à Vancouver au Canada, qui est dévoilée au grand jour. L'idée : exposer, sans tabou aucun, sur leur amour pour le champagne et pour Chanel.

La particularité de la série est d'être diffusée chaque semaine sur Youtube. Sur les 13 épisodes que doit compter la série en tout, le tout premier a été mis en ligne le 26 octobre, faisant déjà le buzz sur la toile. En effet, la vidéo a été visionnée plus de 60 000 fois en seulement 24 heures.

Le producteur de la série, Kevin Li, qui a 17 ans d'expérience dans le milieu, se félicite de ce premier succès. L'idée de lancer le projet ne lui est pas venue par hasard. Petit à petit, Kevin Li a commencé à remarquer un afflux de riches immigrants chinois venir s'installer à Vancouver. A l'époque, il se demandait qui pouvait conduire des Ferrari et des Lamborghini à seulement 22 ans. "Peut-être que ce serait une bonne émission de téléréalité.", se disait-il.

"Ces quatre filles sont toutes uniques, et je crois que les gens se font une idée fausse de ces chinois. Ils se font une idée fausse de cette classe aisée. J'ai moi même grandi dans une famille de travailleurs, à l'est de Vancouver. Si je ne partage certainement pas leur mode de vie, nous avons beaucoup de point communs et toute l'équipe s'entend très bien avec elles. Je pense que le stéréotype des chinois aisés résulte vraiment d'une idée fausse. Parmi les quatre personnages, Florence a par exemple commencé à travailler à l'âge 15 ans en tant que jardinière de remplacement, puis comme serveuse. Elle est titulaire d'un master en stylisme obtenu à Milan, alors que Chelsea vient d'avoir un diplôme de Mathématiques à l'université de Colombie britannique. Je pense ainsi que de nombreux stéréotypes entretenus à propos des riches chinois sont balayés par les filles que j'ai trouvé pour la série. Je crois aussi qu'elles incarnent parfaitement ce qu'une chinoise responsable devrait être." a notamment déclaré Kevin Li au cours d'un entretien accordé à "Business insider", dans lequel il était interrogé sur les stéréotypes. 

Kevin Li a en tout cas tenu le pari de faire découvrir un univers intriguant et fermé aux plus curieux. Arrogantes, spontanées, quoique naïves pour certaines, les jeunes femmes ne manquent pas de sortir le grand jeu.

Dès le premier épisode, on peut les apercevoir assises autour d'une table d'un grand restaurant, commander un Château Latour 1995 avec une certaine classe. Une scène a priori banale. Sauf que, très vite, elles demandent à la serveuse une paille pour siroter leur vin. Demande à laquelle Coco réagit : "Tu sais pourquoi je bois à la paille ?", interroge-t-elle. "Pour pas te tacher les dents", lui répond son amie. "Oui. Tu es intelligente", lui rétorque-t-elle.

Au menu, huitres fraiches, homard et autres crustacés sont commandés en entrée. Au moment du repas, du bœuf, accompagné de ses petits légumes gourmets, est servi pour mesdemoiselles. S'ensuivent différentes activités auxquelles sont conviées les jeunes femmes. Une voiture de luxe vient les chercher pour les déposer à un hôtel de luxe, doté d'un casino.

A peine rentrées dans leur luxueuse suite, une des femmes ordonne au maître d'hôtel de lui apporter champagne, eau pétillante et rondelles de citron. "La façon dont je vois la femme moderne est la suivante : elle doit avoir confiance en elle, être très indépendante et responsable", explique l'une d'elle. En effet, être mature et ne dépendre de personne semble être la ligne de conduite de ces jeunes chinoises.

Pourtant, les quatre jeunes femmes ont toute la vingtaine et ne savent pas clairement d'où vienne la fortune de leurs parents. Coco Wang, la plus jeune du groupe, dispose de deux assistants personnels. L'un est situé à Taiwan et  l'autre vit avec elle en Colombie-Britannique à Vancouver.

"Je ne suis pas vraiment au courant du travail qu'exerce mon père. Je sais qu'il est riche. Je lui ai déjà demandé ce qu'il faisait, mais il ne m'a jamais répondu. Moi aussi je suis curieuse", confie-t-elle, ajoutant que son père doit travailler dans le monde de la finance et du droit.

Tournée principalement en mandarin avec sous-titres en chinois et en anglais, la web série pourrait bien se transformer en une série officielle. En effet, ses créateurs sont actuellement en pourparlers avec les sites de vidéo en ligne chinois pour être accessible au public chinois.

La fascination pour les modes de vie des riches immigrants au Canada est particulièrement présente en Chine: alors que le teaser de l'émission a été dévoilé il y a environ quatre mois, il a généré près de 400 000 visites sur Youtube et il a acquis 2,8 millions de visites sur un site de vidéo chinois. Pourtant, la série a déjà sollicité beaucoup de controverse en ligne, et a été critiquée pour mettre en évidence un niveau de richesse auquel très peu de gens ont accès".

Cette année, la Chine vient d'établir un nouveau record confirmant la montée en puissance de son économie. Le nombre de millionnaires en dollars a augmenté de manière stable pour atteindre plus d’un million de personnes. En ce qui concerne le pallier au-dessus, à savoir les "ultra riches", la Chine compte 358 milliardaires en dollars, selon une dernière étude de l'institut de recherche Hurun, basé à Shanghai.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !