Révolution ! Il est désormais possible d’arracher sa clé USB de son ordinateur sans redouter la catastrophe (mais pas à quelles n’importe quelles conditions) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Révolution ! Il est désormais possible d’arracher sa clé USB de son ordinateur sans redouter la catastrophe (mais pas à quelles n’importe quelles conditions)
©ROBYN BECK / AFP

TECH

Révolution ! Il est désormais possible d’arracher sa clé USB de son ordinateur sans redouter la catastrophe (mais pas à quelles n’importe quelles conditions)

Une recommandation a fini par tourner à la légende tant elle est régulièrement détournée : il faudrait, que ce soit sous Windows ou sous macOS, éjecter le périphérique de stockage USB pour le retirer en toute sécurité. C'est à présent possible sous Windows 10.

Guillaume Gète

Guillaume Gète

Guillaume Gète est spécialiste du monde Apple depuis 20 ans et co-organisateur de la conférence Command-iT, qui aura lieu les 15 et 16 mai à Paris au Grand Rex, à destination des administrateurs systèmes macOS et iOS. Plus d'informations : www.command-it.fr.

Voir la bio »

Atlantico : Une recommandation a fini par tourner à la légende tant elle est régulièrement détournée : il faudrait, que ce soit sous Windows ou sous macOS, éjecter le périphérique de stockage USB pour le retirer en toute sécurité. Sur quels éléments techniques repose ou reposait cette recommandation ? Quels sont les risques réels ?

Guillaume Gète : Ce n'était pas vraiment une légende, tant qu'on utilisait majoritairement des supports externes comme des disques durs ou des disquettes (vous vous souvenez des disquettes ?), où une minuscule tête de lecture tournait sur des disques en rotation à plusieurs milliers de tours par minute. Débrancher un disque en pleine rotation, c'était aussi risque un crash des têtes de lecture sur le disque lors d'une écriture de données, et donc endommager irrémédiablement les données. 

Mais depuis quelques années, on a vu se démocratiser des supports externes et internes à base de mémoire flash, où les enregistrements se font sur des cellules électroniques, très rapides et surtout non mécaniques. C'est le principe des clés USB qui ont remplacé les disquettes il y a déjà quelques temps. Sur ces supports, comme il n'y a pas d'élément mécanique, le risque de perte de données doit être limité voire nul en cas de débranchement intempestif.

Microsoft a publié une note dans laquelle le géant explique qu'il est désormais possible de ne plus éjecter la clé usb au préalable sous Windows 10. Comment est-ce possible ? Des nouveautés sont-elles à prévoir également sur les autres systèmes d'exploitation ?

Je suppose qu'aujourd'hui, les ingénieurs de chez Microsoft estiment que la fiabilité des supports à base de mémoire flash et leur prévalence est suffisante pour ne plus avoir à se poser de questions sur le fait de les éjecter ou pas avant de les débrancher. Donc, autant arrêter de culpabiliser l'utilisateur si cela n'est plus vraiment nécessaire.

Est-ce que cette recommandation est envisageable pour d'autres systèmes d'exploitation ? À l'heure actuelle, ce n'est pas le cas par exemple pour macOS : il est toujours conseillé par Apple de "démonter" le disque en glissant son icône vers la Corbeille (celle-ci, située dans le Dock du Mac, se transforme alors en bouton d'éjection). Les évolutions récentes du système d'exploitation d'Apple, avec l'arrivée d'un nouveau format de disque appelé APFS (Apple File System), vont peut-être forcer également ce comportement.

Notez enfin qu'il faut quand même toujours faire attention à ne pas débrancher une clé USB alors qu'une copie est en cours ! Là, vous risqueriez la catastrophe. Et si vous utilisez encore des disques durs classiques, il faut penser à toujours les éjecter avant.

Tous les risques de perte de donnée sont-ils écartés avec cette solution ? Que recommandez-vous, tous systèmes confondus, pour conserver ses données ? Un périphérique est-il maintenant la meilleure solution ?

Il n'y a qu'une seule règle absolue à retenir : copiez vos documents sur différents supports ! Et même si éjecter un disque semble une aberration du passé, il m'arrive régulièrement de voir des utilisateurs perdre des données parce que leur clé USB a lâché. En effet, la fiabilité de ces supports est très aléatoire, certaines peuvent durer des années, d'autres peuvent tomber en panne irrémédiable au bout d'une journée, en faisant disparaître toutes les données qui s'y trouvaient. Ce n'est pas forcément lié ici à une mauvaise éjection, mais plutôt à une qualité de fabrication… variable. Privilégiez les marques des grands constructeurs, et limitez les clés à bas coût (par exemple les clés USB qu'on vous a fourni à des fins publicitaires) à des échanges entre appareils. Enfin, quand vous utilisez une clé USB, copiez son contenu sur le disque interne de votre ordinateur, modifiez-le puis transférez-le à nouveau sur votre clé. Au cas où celle-ci venait à défaillir, vous aurez toujours la copie la plus récente sur un ordinateur. Et même si les disques de type SSD sont plus fiables (mais aussi bien plus chers) que les disques durs externes de poche ou des clés USB, là encore, ils ne sont jamais fiables à 100%, leur micro-logiciel pouvant parfois souffrir de défaillances plus ou moins graves parfois corrigées par des mises à jour logicielles. Et puis, une clé, ça se perd, ça se vole… Si vous ne stockez votre rapport de thèse que sur une seule clé USB, c'est que vous aimez vraiment jouer avec le feu (mais ne venez pas vous plaindre sur les réseaux sociaux ensuite !).

Enfin, pour l'échange d'informations, j'ai tendance à utiliser de moins en moins les supports externes et à exploiter des solutions de type Dropbox. On travaille sur son document, et il est automatiquement synchronisé sur Internet… la magie du cloud ! Et si on veut partager le document, il suffit d'envoyer un lien unique à un contact. C'est redoutablement efficace, et ce type de solutions devient réellement accessible pour un prix modique. Notons enfin que si on échange des documents entre deux appareils proches l'un de l'autre, il existe désormais des solutions efficaces comme AirDrop, chez Apple, qui permet de faire du transfert via Wi-Fi d'un appareil (Mac, iPhone, iPad…) à un autre de façon ultra-simple.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !