"Les jours fériés ont peu d'impact sur la croissance française" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
"Les jours fériés ont peu d'impact sur la croissance française"
©

Au boulot

"Les jours fériés ont peu d'impact sur la croissance française"

Cette année, la majorité des jours fériés sont tombés un dimanche. Une aubaine pour la croissance française ? Pas forcément...

Vincent Touzé

Vincent Touzé

Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).

Voir la bio »

Atlantico : L'activité économique sera-t-elle dopée cette année par le grand nombre de jours fériés tombant un dimanche ?

Vincent Touzé : Je ne crois pas car, en 2011, avec 253 jours ouvrés, on est dans la moyenne. En 2010, en revanche, avec 254 jours ouvrés et malgré deux samedis fériés, il y a sûrement eu un effet positif sur la croissance. Quoiqu'il en soit, les conventions de travail de beaucoup d'entreprises incluent les jours fériés dans les RTT : ceux qui tombent un dimanche sont donc rattrapés à d'autres moments.

Est-il possible d'évaluer l'impact économique des jours fériés chômés sur la croissance française ?

Au niveau statistique, c'est difficile, puisque les chiffres sont systématiquement corrigés par l'INSEE et ramenés au nombre de jours travaillés sur la période étudiée. L'effet est donc nul. Il est toutefois concevable d'estimer l'influence annuelle du nombre de jours ouvrés sur le niveau de la production nationale, mais il est minime.

Le phénomène est-il donc purement statistique ?

Il y a en moyenne 252 jours travaillés par an. Avec un jour en moins, on devrait s'attendre à une baisse de 0,4% de l'offre. Mais la baisse d'activité induite par un jour férié chômé est toujours rattrapée : d'un côté, les consommateurs anticipent ou reportent leurs achats ; de l'autre, les entreprises s'adaptent, car la production dépendant des débouchés, la productivité s'ajuste en fonction du nombre de jours travaillés. Cela n'a donc aucun impact sur la croissance et la compétitivité internationale de l'économie française.

Toutefois, la variation peut se faire ressentir au niveau des finances publiques : une journée supplémentaire de travail, c'est davantage d'argent dans les caisses de l’État. [On l'a vu avec la création de la Journée de la Solidarité du lundi de Pentecôte en 2004, ndlr].

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !