"Le temps qui reste" : un temps qui s'étire.. | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Le temps qui reste" : un temps qui s'étire..
©

Atlanti-culture

"Le temps qui reste" : un temps qui s'étire..

Véronique Smée

Véronique Smée

Véronique Smée est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

THEATRE

LE TEMPS QUI RESTE

De Philippe Lellouche

Mise en scène: Nicolas Briançon

Avec Philippe Lellouche, Christian Vadim, David Brécourt et Noémie Elbaz.

INFOS & RESERVATIONS

Théâtre de la Madeleine
19 rue de Surène
75008 Paris
Du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 16h.

Réservations: 01 42 65 07 09 

                       www.theatre-madeleine.com

RECOMMANDATION

           BOF !

THEME

Quatre amis d’enfance se retrouvent à l’enterrement du cinquième inséparable de la bande, disparu subitement à l’âge de cinquante ans. Sophie (sa femme), Sébastien, Paul et Franck évoquent le passé, leurs relations avec le défunt et leurs vies actuelles. Leur conversation digresse sur le temps supposé qu’il leur reste. Prenant conscience de l’urgence à profiter de la vie, ils révèleront des secrets et des désirs.

POINTS FORTS

-Les acteurs jouent avec naturel et sont crédibles dans leurs rôles.

-Le ton est fluide et contemporain, fidèle à celui des conversations entre proches et à la franchise des amis de longue date.  

POINTS FAIBLES

-Un scenario qui surprend peu, malgré les révélations censées provoquer des rebondissements. Les personnages, excepté celui de Philippe Lellouche qui est un peu plus complexe que les autres, sont assez fades et peu attachants.

-Les dialogues, plutôt réussis au début de la pièce, tombent peu à peu dans la banalité et rendent encore plus quelconque ces quatre cinquantenaires dont la vie passionne peu. L’intention de Philippe Lellouche qui vise, par l’auto-dérision, à rendre comique leurs échecs amoureux ou professionnels, se transforme en humour un peu trop lourd …On aime ou pas !

EN DEUX MOTS

Cette pièce m’a rappelé le mauvais film générationnel- cet avis n'engage que moi...- de Guillaume Canet sur l’amitié, « Les petits mouchoirs ». Outre que la pièce repose sur la même idée de départ (dans le film, un groupe d’amis se retrouvent au Cap Ferret tandis que l'un des leurs est dans le coma à l’hôpital), les deux m’ont laissé la même impression désagréable : une vision sinistre de l’amitié et des « bandes de potes » qu’ils prétendent pourtant célébrer, et dans laquelle les absents ont toujours tort ...Dans la pièce, le ton est certes plus léger et comique, contrairement au sérieux affiché du film. Cependant, les deux m’inspirent la même interrogation : ces auteurs ont-ils vraiment des amis et ont-ils construit des amitiés?

Par ailleurs, qu’il s’agisse de trentenaires chez Canet ou de cinquantenaires chez Lellouche, on retrouve les mêmes poncifs de bobos égocentrés, leurs problèmes de couple, d’adultère, d’homosexualité refoulée suivie évidemment du fameux « coming out »…Conclusion : profitons du temps qui reste en effet...et choisissons bien nos spectacles !


UN EXTRAIT

-        « C’est tragique, j’ai passé dix ans avec une femme qui était une conne en fait ».

-        « Ce qui est vraiment tragique, c’est qu’elle t’a pris pour un con, en plus ! ».

L’AUTEUR

Ancien journaliste, Philippe Lellouche a été reporter d'investigation avant de devenir comédien dans des séries télévisées et plusieurs films, dont "Michel Vaillant", produit par Luc Besson et Narco, et co-réalisé par son frère, Gilles Lellouche. Il écrit ensuite « Le Jeu de la vérité », qu'il interprètera avec sa future épouse Vanessa Demouy  et Christian Vadim; pièce à succès, jouée plusieurs centaines de fois.  En  2014, il joue dans «Tu veux ou tu veux pas » de Tonie Marshall, puis en 2016 dans « Camping 3 » de  Fabien Onteniente et en 2017 dans « Chacun sa vie » de Claude Lelouch.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !