"La réunification des deux Corées" : Joël Pommerat en grand meneur de troupe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La Réunification des deux Corées" est une pièce composée d'une vingtaine de petites saynètes.
"La Réunification des deux Corées" est une pièce composée d'une vingtaine de petites saynètes.
©Reuters

Atlanti-culture

"La réunification des deux Corées" : Joël Pommerat en grand meneur de troupe

Du grand théâtre qu'il faut voir pour l'excellence des acteurs, l'intérêt des situations et l'originalité de la mise en scène.

L'auteur

Figure majeure du théâtre français contemporain, "l'auteur de spectacle" Joël  Pommerat, né en 1963, ne monte que ses propres textes. D'abord acteur, il se consacre à l'écriture dès 23 ans et crée ses premiers spectacles au Théâtre de la Main d'Or, à Paris. Il fonde la Compagnie Louis-Brouillard, en 1990. Ancrées dans le monde actuel, les pièces de Joël Pommerat, (" Cercles/Fiction", "Ma chambre froide"etc...) posent des questions sur l'humanité ; et ses personnages sont un condensé de la société.

Thème

"La Réunification des deux Corées", c'est un nom bien énigmatique pour une pièce composée d'une vingtaine de petites saynètes, qui ont pour thème l'amour et l'incommunicabilité entre les êtres. Des personnages ordinaires sont confrontés à des situations souvent tragiques, nourries de malentendus, de mensonges, de dialogues de sourds...

Points forts

- Les neuf formidables acteurs - Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Philippe Frécon, Ruth Olaizola, Marie Piemontese, Anne Rotger,  David Sighicelli, Maxime Tshibangu -, fidèles depuis des années à Joël Pommerat, interprètent à la perfection ces personnages remplis de contradictions, qui sont à la fois émouvants, pathétiques, et parfois violents. Comme cette femme mariée depuis 20 ans, au mari irréprochable, qui veut divorcer parce qu' "il n'y a plus d'amour"; ou cet ex-mari qui débarque dix années après, parce qu'il n'avait pas dit "au revoir" à sa femme; ou encore cette soeur qui refuse que sa jumelle se marie avec l'homme qu'elle aime aussi: "Je ne survivrai pas si vous vous mariez... Prouve-moi que tu l'aimes plus que moi..." Les situations évoluent,  souvent dans le tragique, mais rarement comme on l'aurait imaginé au départ.

- C'est à la fois intime et spectaculaire. La pièce, dont la mise en scène est signée Eric Soyer, se déroule sur un grand couloir très sombre, telle une large frontière comprise entre deux estrades où se tiennent les spectateurs, qui se font face. Comme celle qui sépare la Corée du Nord et celle du Sud... La pénombre des éclairages, très étudiée, sculpte l'espace dans lequel les acteurs jouent; l' atmosphère est à  la fois proche et étrange, toujours soutenue par une musique.

- Les scènes s'enchaînent selon un jeu impressionnant d'apparition et de disparition des acteurs: à peine la scène terminée, un noir profond se fait dans un silence absolu, suivi immédiatement de l'apparition de nouveaux personnages, et d'un nouveau décor... comme au cinéma. C'est stupéfiant. 

Points faibles

Peut-être la longueur du spectacle (presque deux heures). Retirer deux ou trois scènes ferait qu'on resterait sur sa faim, alors que là, au bout d'une heure et demie, on a envie que cela se termine... D'autant plus que les sièges sont étroits et inconfortables. 

En deux mots

Du grand théâtre qu'il faut voir pour l'excellence des acteurs, l'intérêt des situations et l'originalité de la mise en scène.

Une phrase

"J'ai beaucoup réfléchi. Cela ne suffit pas. On s'aime, mais cela ne suffit pas. Je suis désolée..."

Recommandation

En prioritéEn priorité

Informations

"La réunification des deux Corées", de Joël Pommerat. Odeon-Ateliers Berthier. Mise en scène: Eric Soyer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !