"Histoires de la nuit" de Laurent Mauvignier : polar, mais littéraire avant tout | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
©

Atlanti Culture

"Histoires de la nuit" de Laurent Mauvignier : polar, mais littéraire avant tout

Laurent Mauvignier a publié "Histoires de la nuit" aux éditions de Minuit.

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

"Histoires de la nuit" de Laurent Mauvignier

Editions de Minuit - 635 pages - 24 €

 

RECOMMANDATION 
Excellent


THEME
Un hameau isolé, un chien, deux maisons, trois générations, quatre occupants … avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs histoires anciennes et leurs mystères : Christine, une peintre venue de la ville s’installer à l’écart du monde et la famille Bergogne, le père Patrice qui peine à faire vivre sa petite exploitation, sa femme Marion, distante et employée dans une imprimerie et leur petite fille Ida.

Et puis un jour, trois hommes débarquent, trois frères … On va progressivement comprendre qu’ils n’ont pas fait le voyage pour rien.

Sur une trame très simple, l’irruption du passé venant solder les comptes, Laurent Mauvignier construit patiemment sur plus de 600 pages passionnantes un thriller rural et fermier sans flic mais avec un suspense étouffant qui grandit jusqu’à la scène finale …

 

POINTS FORTS
Laurent Mauvignier crée un quasi huis clos proche du théâtre, genre dans lequel l’auteur a fait trois incursions dans les années 2010. Il prend le temps d’installer ses personnages et de les regarder vivre le temps d’une journée. Le rythme est lent, le temps est étiré, fragmenté comme dans un film de Spielberg pour nous imprégner de l’histoire et la psychologie de ses personnages. Le cadre est épuré mais le récit déjà tragique dès les premières pages.

L’humiliation est au cœur de l’histoire et le moteur du récit. Les failles des personnages apparaissent au fur et à mesure que la journée avance. L’ambiance s’alourdit, la violence attendue fait lentement irruption, longtemps tenue à distance avant d’éclater.

Laurent Mauvignier a conçu une mécanique implacable qui fait surgir puis grandir un malaise qui gagne chacun des personnages et les fait vaciller inexorablement.

L’écriture de Laurent Mauvignier atteint ici une perfection dans l’ampleur qu’il donne à son récit, le dilatant à l’extrême pour décrire les situations et les sentiments de ses personnages. L’action lui sert à s’intéresser à leur histoire et aux interactions qui les unissent ou les éloignent. Il détourne les codes du polar – on pourrait même parler de néo polar dans la lignée de Jean-Patrick Manchette – pour introduire des éléments fictionnels qui donnent une épaisseur inattendu à chacun de ses personnages grâce à une plongée au tréfonds de leur intériorité.

 

POINTS FAIBLES
Ce n’est pas long, c’est lent comme un film japonais, mais pourtant le suspense donne en permanence l’envie de tourner les pages. On voudrait aller plus vite mais l’auteur nous tient par le rythme qu’il impose au récit.

 

EN DEUX MOTS
Un roman policier est souvent une très bonne manière de nous parler, l’air de rien, de la société et des souffrances de l’âme. On guette une adaptation au cinéma avec envie.

 

UN EXTRAIT
« Bientôt. Mais bientôt aussi, les coups de feu. Bientôt il y aura la mort qui s’invitera dans le hameau comme elle s’invite partout, car elle est partout chez elle, chez elle quand elle veut, prenant ses aises dans les appartements où elle n’avait jamais posé les pieds ni daigné lancer un coup d’œil ; soudain chez elle comme une reine sans pudeur et sans gêne, vaguement obscène, laissant hagards et démunis tous ceux qui avaient cru un instant qu’elle les avait oubliés.

Bientôt : sept coups de feu claquant dans le vide de la nuit, dont quatre toucheront leur cible, les autre se perdant quelque part dans un meuble ou une cloison. » (page 584)

 

L'AUTEUR
Histoires de la nuit est le dixième roman de Laurent Mauvignier, né en 1967 à Tours. Son œuvre, publiée aux Editions de minuit, est également riche de deux essais, deux scenarii de télévision et trois pièces de théâtre.

Son univers est peuplé d’êtres en prise avec le réel, qui tentent de vivre leurs rêves malgré l’impossibilité que leur impose la vie, et qui tentent de surmonter leurs traumatismes, qu’ils soient personnels ou collectifs.

Le 11 novembre devait sortir au cinéma Des hommes, réalisé par Lucas Belvaux, d’après son roman éponyme.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !