Ziad Takieddine réclame le droit de se rendre au mariage de son neveu George Clooney | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Ziad Takiedinne
Ziad Takiedinne
©Reuters

Noce rebelle

Ziad Takieddine réclame le droit de se rendre au mariage de son neveu George Clooney

L'homme d'affaire franco-libanais est l'oncle de la mariée, Amal Alamuddin. Il souhaite se rendre à Londres le 25 octobre mais est toujours sous contrôle judiciaire.

A croire que ses ennuis judiciaires dans l'affaire Karachi n'ont pas effrayé les mariés puisqu'ils n'ont pas hésité à l'inviter. George Clooney et Amal Alamuddin, se sont unis officiellement à Venise samedi devant 136 invités. Parmi ce pare-terre de stars et d'hommes influents, il manquait pourtant à l'appel l'oncle de la mariée, qui n'est autre que Ziad Takieddine, l'homme d'affaires franco-libanais plus connu pour être au cœur de l'affaire Karachi.

Et pour cause le tonton d'Amal Alamuddin a été placé sous contrôle judiciaire par la justice française dans le cadre de l'enquête des contrats d'armement soupçonnés d'avoir donné lieu à des rétro-commissions. Il ne peut donc pas quitter la France même pour être aux côtés de sa nièce et de l'acteur le 25 octobre pour la fête de mariage qui se déroulera à Londres. Une fête organisée par les parents de la mariée.

Dans Nice Matin, l'avocat de Ziad Takieddine explique que son client et lui-même ont demandé la levée du contrôle judiciaire. Une mesure que le conseil juge désormais inutile. "L'instruction est terminée. Ziad Takieddine a répondu à toutes les convocations. Le maintien du contrôle judiciaire nous paraît inepte." Mais pour une fois, l'homme d'affaire demande la permission avant de traverser la Manche : en 2013, déjà placé sous contrôle judiciaire, il avait été arrêté après s'être rendu au Liban et au Royaume-Uni.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !