Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, Geoffroy Lejeune, participe à un débat le 25 avril 2019 à Paris.
Le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, Geoffroy Lejeune, participe à un débat le 25 avril 2019 à Paris.
©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Publicité

Valeurs Actuelles a porté plainte contre le collectif Sleeping Giants

La société Valmonde et Cie, propriétaire de Valeurs actuelles, a porté plainte contre le collectif Sleeping Giants pour « discrimination » devant le tribunal judiciaire de Paris, a annoncé l’hebdomadaire. Des « centaines » d'annonceurs ont, selon Valeurs Actuelles, « cédé » aux « pressions » de cyberactivistes anonymes.

La société Valmonde et Cie, propriétaire de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, a porté plainte vendredi contre Sleeping Giants pour « discrimination » devant le tribunal judiciaire de Paris. Le collectif Sleeping Giants interpelle sur les réseaux sociaux les annonceurs des médias ou de sites classés à droite ou véhiculant des discours extrémistes, selon le collectif, dans le but d'assécher leurs financements publicitaires. Active depuis 2017, la branche française du collectif a notamment visé Valeurs actuelles, CNews ou bien encore Boulevard Voltaire.

L’hebdomadaire Valeurs Actuelles revendique le droit de ne pas partager les « idées progressistes » du collectif et dénonce une « campagne de sabotage industriel » et des « méthodes outrancières » auxquelles ont « cédé » des « centaines de grandes entreprises » comme Toyota, Nike ou Decathlon.

La plainte de Valeurs Actuelles « a pour objet de dénoncer des faits de discrimination, à raison des opinions politiques, et de nature à entraver l'exercice normal d'une activité économique ».

Cette plainte a été déposée « vendredi dernier », a précisé à l'AFP le directeur de publication de Valeurs Actuelles, Erik Monjalous, qui « n'accepte pas que des gens anonymes appellent au boycott d'un titre IPG » (presse d'Information politique et générale).

Les Sleeping Giants « ne sont peut-être pas d'accord avec » Valeurs actuelles, « c'est tout à fait leur droit, mais l'appel au boycott est totalement illégal », selon Erik Monjalous.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !