Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La tête d'ours de Léonard de Vinci.
La tête d'ours de Léonard de Vinci.
©Christie’s/PA

Art

Une tête d'ours dessinée par De Vinci pourrait atteindre 13 millions d'euros

Il sera mis aux enchères en juillet, a annoncé Christie's samedi.

Un dessin de Léonard de Vinci représentant une tête d'ours devrait atteindre plus de 13 millions d'euros (16,7 millions de dollars) lors de sa vente aux enchères en juillet, a annoncé Christie's samedi. Ce montant pourrait constituer un record pour ce qui est "l'un des huit dessins de Léonard de Vinci encore en mains privées, en dehors de la collection royale britannique et des collections Devonshire à Chatsworth".

Mesurant 7 cm de côté, la "Tête d'ours" est un dessin à la pointe d'argent sur un papier rose-beige.

Le précédent record pour un dessin de Léonard de Vinci est de 9 millions d'euros, atteint lors de la vente en 2001 du "Cheval et cavalier".

"J'ai toutes les raisons de croire que nous atteindrons un nouveau record en juillet pour la "Tête d'ours", l'un des derniers dessins de Léonard que l'on peut s'attendre à voir sur le marché", a déclaré Stijn Alsteens, chef de département international, groupe des maîtres anciens, Christie's Paris, dans un communiqué. 

À Lire Aussi

Connaissez-vous Gartic Phone, le jeu du téléphone arabe qui devient viral sur Twitch ?

Ben Hall, chef du département des tableaux de maîtres anciens chez Christie's New York, a décrit le dessin comme "l'une des œuvres les plus importantes de la Renaissance encore en mains privées".

"L'œuvre a appartenu à certains des collectionneurs les plus éminents dans le domaine des maîtres anciens à travers les siècles, notamment le propriétaire actuel qui la possède depuis 2008.", a-t-il ajouté.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !