Une banquière soupçonnée d'avoir dérobé 400.000 euros à ses clients | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Une banquière soupçonnée d'avoir dérobé 400.000 euros à ses clients
©LOIC VENANCE / AFP

Arnaque

Une banquière soupçonnée d'avoir dérobé 400.000 euros à ses clients

Une ancienne directrice d'agence Caisse d'Épargne aurait mené une arnaque d’ampleur

Une ex-employée de banque d'une agence Caisse d'Épargne, située à Antibes (Alpes-Maritimes), est soupçonnée d'avoir dérobé 400.000 euros sur les comptes d'au moins six de ses clients. Cette dernière leur aurait assuré qu'elle effectuait, avec leur argent, des placements internes et que l'argent leur reviendrait.

« En réalité, les fonds n'allaient pas sur des comptes d'attente. Ils transitaient vers des comptes à elle, des comptes de membres de sa famille ou vers la société 'Le paradis du fruit’ », affirme Pierre-Alain Ravot, avocat de l'une des victimes.

« L'enquête de la police judiciaire de Nice l'a établi de façon claire. C'est facile, il y a des numéros de comptes, ça va d'untel à untel et le détournement est avéré », affirme Pierre-Alain Ravot.

Après une enquête interne, celle qui était alors la directrice de l'agence a été licenciée pour faute lourde. Une décision qu'elle conteste.

« Il y a des éléments qui sont défavorables à ma cliente, d'où le licenciement. Et il y a des éléments qui lui sont favorables. Les personnes qui se plaignent ont signé des ordres de virement qui, aujourd'hui, sont contestés », avance son avocat, maître Michel Cardix.

La Caisse d'Épargne n'a pour le moment pas remboursé les sommes. « La procédure est toujours en cours. Le dossier fait l'objet d'un renvoi au mois de mai 2023, le tribunal correctionnel ayant souhaité une expertise complémentaire. Bien entendu, la Caisse d'Épargne Côte d'Azur respectera la décision de justice qui sera rendue », a-t-elle indiqué.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !