Un fonctionnaire espagnol déserte son poste pendant 6 ans... sans que personne ne s'en rende compte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Un fonctionnaire espagnol déserte son poste pendant 6 ans... sans que personne ne s'en rende compte
©Reuters

Bon plan

Un fonctionnaire espagnol déserte son poste pendant 6 ans... sans que personne ne s'en rende compte

Lorsque l'administration a voulu lui remettre une médaille du travail, elle a réalisé que ce n'était sans doute pas mérité.

Joaquin Garcia a été condamné cette semaine à une amende de 27.000 euros pour avoir abandonné son poste de fonctionnaire pendant "six ans" et peut-être "jusqu'à 14 ans", révèle le journal espagnol El Mundo.

Affecté à la régie des eaux de Cadix, Joaquin Garcia n'a  pas mis les pieds à son bureau entre 2004 et 2010... suite à une période durant laquelle on lui confiait de moins en moins de tâches. Après avoir pris des libertés avec son emploi du temps, il a finalement décidé de ne même plus se déplacer.

Malheureusement pour lui, l'administration de Cadiz a décidé en 2010 de remercier ce salarié sans histoire (et pour cause !) pour ses 20 ans de bons et loyaux services. "Il était toujours dans le logiciel de paye", a expliqué le maire adjoint de la ville. "Je me suis demandé : où est cet homme ? Il est toujours là ? Il est retraité ? Il est mort ?"

En fait, l'homme avait profité de son temps libre pour lire de nombreux ouvrages de philosophie. Il est d'ailleurs devenu spécialiste de Spinoza.

L'administration a porté l'affaire devant la justice et Joaquin Garcia a été condamné cette semaine à payer 27.000 euros d'amende, une somme qui représente un an de son salaire. La loi espagnole ne permet pas de sanctions plus lourdes. Par ailleurs, l'homme est aujourd'hui en retraite. 

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !