Un code promotion très généreux d'Adidas provoque l'hystérie sur les réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Un code promotion très généreux d'Adidas provoque l'hystérie sur les réseaux sociaux
©REUTERS/Beawiharta Beawiharta

C'était trop beau

Un code promotion très généreux d'Adidas provoque l'hystérie sur les réseaux sociaux

Samedi soir, entre 200.000 et 300.000 commandes ont été passées en l'espace de quelques heures sur le site de l'équipementier sportif.

Certains croyaient faire l'affaire de l'année. Dans la nuit de samedi à dimanche, un code promotionnel exceptionnel offrant une ristourne de 60 euros pour tout achat effectué sur le site d'Adidas, et ce, sans minimum de montant, a inondé les réseaux sociaux. A tel point qu'entre 200.000 et 300.000 commandes seront passées en l'espace de seulement quelques heures sur le site de l'équipementier sportif.

Problème: ce généreux code était destiné à un usage unique, mais il n'avait pas été désactivé.

Et en ce week-end pascal, c'est la douche froide pour les consommateurs. De nombreux internautes ont déjà reçu des mails d'annulation et de remboursement de leur commande, même si la marque n'a toujours pas communiqué forcement sur la question. Il faut dire que 60 euros de remboursement à 200 000 personnes, cela représente la bagatelle de 12 millions d'euros.

Selon le quotidien La Voix du Nord, Adidas peut s'appuyer sur une jurisprudence de 2002 selon laquelle toute vente peut être considérée comme nulle si le prix est "dérisoire". Une affaire similaire avait concerné La Redoute en 2012, qui avait mis en vente par erreur un ordinateur Dell à 100 euros, un prix cinq fois moins élevé que le prix habituel. Aucune commande n'avait été expédiée, et Adidas va probablement en faire de même. Au grand dam des internautes.

Lu sur Metronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !