Un bébé mammouth laineux momifié a été découvert au Canada | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Un bébé mammouth laineux momifié a été découvert au Canada.
Un bébé mammouth laineux momifié a été découvert au Canada.
©AFP PHOTO / GOVERNMENT OF YUKON

Vestige

Un bébé mammouth laineux momifié a été découvert au Canada

Ses restes ont été retrouvés au sud de Dawson City, dans le territoire du Yukon, frontalier de l'Alaska américaine. Ce mammouth serait mort il y a plus de 30.000 ans.

Des ouvriers des champs aurifères du Klondike, dans le Grand Nord canadien, ont fait une découverte rare. Ils ont retrouvé les restes momifiés d'un bébé mammouth laineux pratiquement complet, selon des informations de BFMTV.

Il « est magnifique et c'est l'un des animaux momifiés de l'âge de glace les plus incroyables découverts au monde », a précisé dans un communiqué le paléontologue Grant Zazula, enthousiaste à l'idée d'en savoir bientôt plus sur ce bébé, vraisemblablement une femelle baptisée « Nun cho ga » pour « gros bébé animal » en langue autochtone. La peau et le poil du mammouth sont intacts.

Les restes ont été retrouvés en creusant le permafrost au sud de Dawson City, dans le territoire du Yukon, frontalier de l'Alaska américaine.

L'animal serait mort il y a plus de 30.000 ans. La région était parcourue à cette époque par des mammouths laineux, des chevaux sauvages, des lions des cavernes et des bisons des steppes géants.

C'est le premier mammouth momifié presque complet et en si bon état de conservation retrouvé en Amérique du Nord.

Le territoire du Yukon est connu dans le monde pour ses fossiles d'animaux de l'ère glaciaire, mais « des restes momifiés avec peau et cheveux sont rarement déterrés », a souligné le gouvernement du Yukon.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !