Tué par un javelot lors d'un meeting d'athlétisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Un arbitre meurt après avoir reçu un javelot à la carotide en Allemagne.
Un arbitre meurt après avoir reçu un javelot à la carotide en Allemagne.
©Reuters

Malchance

Tué par un javelot lors d'un meeting d'athlétisme

Un arbitre officiel a été mortellement touché dimanche lors d’une compétition à Düsseldorf en Allemagne.

Le sport et ses dangers. Un arbitre de 74 ans, touché à la carotide par un javelot lancé par un athlète lors d’une compétition à Düsseldorf en Allemagne, est en effet décédé des suites de ses blessures à l’hôpital.

Le juge officiel du meeting sportif a été percuté sur le terrain alors qu’il cherchait seulement à évaluer la distance d’un précédent lancer. Mal lui en aura pris puisqu’un autre javelot, lancé par un jeune sportif de quinze ans, était encore en l’air.

Gravement touché, l’homme a été secouru par plusieurs personnes présentes dans le stade, avant d’être transporté à l’hôpital de Düsseldorf où il a été opéré.

Choqués, plusieurs spectateurs ont également été pris en charge par les services de secours. La compétition a bien évidemment été annulée à la suite de l’accident, qui rappelle celui du Golden Gala de Rome en juillet 2007 quand Salim Sdiri, spécialiste du saut en longueur, avait été touché accidentellement dans le dos par un javelot lancé par l’athlète finlandais Tero Pitkämäki. Le foie du Français avait notamment été percé mais le sportif avait toutefois repris la compétition en 2008, et même participé aux Jeux Olympiques de Pékin.

Si une enquête a été ouverte par la police en ce qui concerne l’accident au stade de Düsseldorf, les forces de l’ordre indiquent qu’il s’agit très probablement d’un accident.

Lu sur USA Today

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !