Trompé, il met en vente la robe de mariée de sa femme sur Internet et règle ses comptes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Trompé, il met en vente la robe de mariée de sa femme sur Internet et règle ses comptes
©Flickr/dnartreb89

In your face

Trompé, il met en vente la robe de mariée de sa femme sur Internet et règle ses comptes

Un Australien n’a pas du tout apprécié être trompé par sa femme, qui plus est avec son meilleur ami.

Internet est probablement le meilleur exutoire qui existe. En quelques clics et frappes de clavier il est possible d’exprimer sa colère, sa rage et sa déception, souvent avec une bose dose d’ironie, au monde entier. C’est ce qu’a fait cet Australien trompé par sa femme moins de deux ans après leur mariage, rapporte 7sur7.be. Sur un site de petites annonces, il a mis en vente le 8 juin la robe de mariée de son ex avec un texte gratiné. Le titre annonce la couleur et la tonalité du message : "Robe de mariée pour les épouses à la recherche d'une éventuelle infidélité".

Le mari cocu continue ensuite de plus belle : "Vous vous mariez bientôt ? Vous n'avez pas prévu de rester fidèle ? Vous voulez coucher avec l'un des plus proches amis de votre mari ? Alors voici LA robe faite pour vous". L’acidité de son ton provient, non seulement de l’aventure extra-conjugale de son ex-femme, mais surtout de la personne tierce : en l’occurence, son meilleur ami.

Et visiblement la séparation ne se fait pas à l’amiable puisque l’Australien écrit que "cette robe [...] vous donne en plus le droit d'avoir plus de la moitié des biens matériels de votre mari."

Et de conclure d’un cinglant “cette robe vous garantit deux ans de mariage raisonnablement médiocre avant la désintégration complète de votre relation à cause de votre promiscuité extraconjugale." La prix de la robe ? "Négociable". Intéressé ?

Lu sur 7sur7.be

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !