Trois femmes ont déposé une nouvelle plainte pour viol contre Harvey Weinstein | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Trois femmes ont déposé une nouvelle plainte pour viol contre Harvey Weinstein
©ROBYN BECK / AFP

Ca continue

Trois femmes ont déposé une nouvelle plainte pour viol contre Harvey Weinstein

Le producteur est notamment accusé d'avoir violé en 2011 une femme l'ayant rencontré pour lui vendre un outil de marketing.

La saga judiciaire continue pour Harvey Weinstein, le producteur déchu accusé par de nombreuses femmes d’agressions sexuelles et de viols. Après s'être livré aux autorités new-yorkaises le 25 mai dernier, il a été inculpé mercredi 30 mai par un grand jury de viol et d'agression sexuelle, a annoncé le procureur de Manhattan Cyrus Vance.

Deux jours plus tard, ce vendredi 1er juin, nouveau rebondissement : une autre plainte en nom collectif a été déposée par trois nouvelles femmes contre Harvey Weinstein pour des agressions sexuelles, dont un viol. Cette nouvelle plainte vise également ses ex-studios Miramax et The Weinstein Company ainsi que plusieurs de leurs dirigeants.

L'une des femmes l'accuse de l'avoir menacée, agressée et retenue contre son gré en 1996, dans sa suite au festival de Cannes ; la seconde l'accuse de l'avoir forcée à des attouchements dans une chambre d'hôtel en 2000 ; la troisième l'accuse de l'avoir violée en 2011 à New York. Elle avait rencontré le producteur dans l'espoir de lui vendre un outil de marketing. La plainte indique que suite à ce viol présumé, les avocats de Weinstein, Benjamin Brafman et Alex Spiro, auraient fait croire à cette femme qu'ils travaillaient pour le compte de victimes du producteur... afin de la convaincre de leur remettre les preuves visuelles de l'agression qu'elle possédait.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !