Tanzanie : la chasse aux trophées va être limitée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tanzanie : la chasse aux trophées va être limitée
©Tony KARUMBA / AFP

Protection animale

Tanzanie : la chasse aux trophées va être limitée

Le président tanzanien veut privilégier le tourisme, première source de revenue du pays.

La controversée pratique de la chasse aux trophées va être réduite en Tanzanie, a annoncé vendredi le président John Magufuli. 

Dans la réserve de Selous, un site du patrimoine mondial de l'Unesco, la superficie ouverte à la chasse va passer de 92% actuellement à 50%. En conséquence, l'autre partie, réservée aux safaris photographiques et touristiques, va passer de 8 à 50% de ce territoire, de 50.000 km² situé dans le sud du pays, célèbre pour ses éléphants, rhinocéros noirs, hippopotames et girafes.

"Des touristes viennent tuer nos lions mais nous ne bénéficions pas beaucoup de ces activités de chasse au trophée", a déclaré le président tanzanien. "Je veux que la réserve de Selous soit divisée en deux. Une plus grande partie de la réserve doit devenir un parc national où la chasse n'est pas autorisée", a-t-il ajouté. C'est une bonne nouvelle pour les animaux, mais aussi pour l'industrie touristique, première source de recettes du pays. En 2018, les visiteurs, notamment dans les safaris, aux abords du Kilimandjaro ou sur les plages de Zanzibar, ont rapporté 2,43 milliard de dollars à l'économie tanzanienne.

Seul bémol, John Magufuli a fait cette annonce pendant l'inauguration des travaux de construction d'un projet hydroélectrique à l'intérieur de la réserve de Selous. Le projet est vivement critiqué par l'Unesco et par des organisations de défense de la nature comme le WWF. Selon le président Magufuli, il amputera de 3% le territoire de la réserve mais sera bénéfique pour l'environnement, car avec l'électricité produite par le barrage, la population locale n'aura plus besoin de couper du bois dans la forêt pour pouvoir cuisiner. WWF, de son côté, estime que le barrage risque de nuire au site naturel et pourrait forcer 200.000 personnes à déménager.

La Tanzanie est l'un des pays les plus protégés d'Afrique : 32% de son territoire sont des parcs naturels protégés.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !