Sur leur lieu de travail, les hommes font rire davantage que les femmes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les blagues des hommes dans le milieu professionnel sont généralement mieux reçues que celles des femmes.
Les blagues des hommes dans le milieu professionnel sont généralement mieux reçues que celles des femmes.
©Flickr/Victor1558

Rois de la blague

Sur leur lieu de travail, les hommes font rire davantage que les femmes

C’est à cette conclusion qu’est arrivée la linguiste Judith Baxter après une étude de 18 mois.

Dans le milieu professionnel, les blagues des hommes seraient beaucoup plus appréciées  que celles des femmes. La linguiste Judith Baxter a mené une étude durant 18 mois pour parvenir à cette conclusion. Elle a étudié les éléments de langage au sein de sept grandes entreprises. Au total, elle a passé au crible plus de 600 000 mots prononcés lors de 14 réunions, 7 menés par hommes et 7 par des femmes.

Ainsi 90% des blagues faites par les hommes  sont gratifiées d’un rire alors que 80% des blagues faites par les femmes sont reçues par un silence.

La spécialiste explique au Guardian: "Les gestionnaires de sexe masculin ont recours à l'humour pour démontrer et affirmer leur leadership. Leurs subordonnés masculins utilisent aussi l'humour pour impressionner leur patron masculin: cela lui prouve qu'ils sont sur la même longueur d'ondes."

"Cela fait partie d'un comportement de 'tribu' que les femmes ont du mal à comprendre et à adopter. Lorsque les dirigeantes femmes utilisent l'humour, il peut y avoir des ratés. Culturellement, l'humour chez une dirigeante est mal pris car les femmes n'ont pas toujours été à la tête de la 'tribu'", explique la linguiste.

Mais elles "ont tendance à utiliser l'humour différemment. Elles sont plus à l'aise au moment de blaguer avec un ami. Elles le sont moins au moment de gérer une équipe. Leur humour peut alors apparaître comme artificiel, sur la défensive..."

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !