Suisse : un taxi français faisait de la contrebande de grenouilles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un taxi français a été arrêté pour contrebande de grenouilles
Un taxi français a été arrêté pour contrebande de grenouilles
©REUTERS/Australian Museum/Jodi Rowley/Handout

Démantèlement de trafic

Suisse : un taxi français faisait de la contrebande de grenouilles

Les douanes helvétiques ont récemment découvert, lors d'un contrôle de routine, 35 grenouilles appartenant à des espèces protégées et un lézard gecko.

Il n'y a pas que la drogue, l'alcool, l'armement, le tabac, la contrefaçon qui fait objet de contrebande. Tout est objet à trafic, tous les biens peuvent se retrouver un jour sur le marché noir. Même les animaux. Preuve en est avec les récentes saisies des douaniers suisses. En effet, les forces de l'ordre helvétiques ont découvert, lors d'un contrôle non loin de la frontière allemande, 35 grenouilles appartenant à des espèces protégées. Elles se trouvaient dans un taxi français qui dissimulait aussi un lézard gecko comme l'a confirmé un communiqué publié ce jeudi par l'Office des douanes comme le relate l'AFP.

Le chauffeur a expliqué aux douaniers qu'il avait pour intention d'introduire ces espèces dans le pays alors même qu'il ne possédait pas les autorisations nécessaires pour le faire. En effet, pour importer ce type d'animaux, il faut une permission signée de l'Office fédéral vétérinaire, ainsi qu'une attestation de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées) sur le pays d'origine. Dès lors, les animaux ont été saisis et une procédure pénale a été ouverte à l'encontre de l'individu. Il risque une amende de plus de 2 000 francs suisses (1 600 euros).

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !