Son corps, Nicolas Sarkozy et... les "mâles alpha" : quand Carla Bruni se livre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Son corps, Nicolas Sarkozy et... les "mâles alpha" : quand Carla Bruni se livre
©Reuters

Confidences pour confidences

Son corps, Nicolas Sarkozy et... les "mâles alpha" : quand Carla Bruni se livre

"Les Français sont extraordinaires avec leur ouverture et leur obsession pour les droits de l'homme qui les hantent" a également jugé la chanteuse.

C'est une volubile Carla Bruni-Sarkozy qui a accepté de répondre aux questions du Point. Interviewée par l'hebdomadaire, l’ancienne Première dame de France, a notamment évoqué son rapport à son corps, un "instrument de travail" qu’elle "bichonne" et avec lequel elle entretient "une bonne relation".  "Je suis très attentive aux messages qu’il m’envoie. Je ne le trouve pas particulièrement beau, ni laid mais je le trouve pratique et dynamique". 

Invitée à s'exprimer sur le coté grincheux des Français, elle répond : "Les Français sont des Italiens de mauvaise humeur, comme disait Cocteau. Nous avons beaucoup de choses en commun : les Alpes, la Méditerranée, nos fleuves se mêlent à vos rivières, nos grottes se mêlent à vos pierres, on est quand même de la même région du monde  ! Les Français sont extraordinaires avec leur ouverture et leur obsession pour les droits de l'homme qui les hantent".

La chanteuse, qui fêtera en décembre ses 50 ansn et qui met en avant sa dualité ("J'ai deux pays, deux langues, deux cultures, deux pères, deux noms…") parle également…des mâes alpha. "Au contraire, la testostérone est très recherchée par certaines femmes ! Hélas, c'est devenu une denrée rare : le mâle alpha ne court plus les rues." Une référence à son mari ?

Sur son union avec ce dernier justement, elle parle de "dix premières années très faciles". "Je ne les ai pas vus passer. Je vais voir pour les quarante prochai­nes"… 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !