Six mois de prison pour avoir fait floquer des maillots aux noms de terroristes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Six mois de prison pour avoir fait floquer des maillots aux noms de terroristes
©Reuters

Case prison

Six mois de prison pour avoir fait floquer des maillots aux noms de terroristes

A Caen, un homme de 34 ans a été condamné à six mois de prison ferme pour "apologie du terrorisme".

Ce mardi sept novembre, un homme de 34 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Caen à six mois de prison ferme pour apologie du terrorisme. L'individu avait fait floquer sur des maillots de football du Real Madrid des noms de terroriste comme le rapporte France Bleu Normandie.

L'histoire remonte au mois de juin, quand l'homme s'est rendu dans un magasin de sports de l'agglomération caennaise. Il a commandé au vendeur un maillot du Real Madrid qu'il souhaitait faire floquer au nom de "Ben Laden" l'ancien leader d'Al Qaïda. La demande "intrigue le vendeur" qui remarque la présence d'un bracelet électronique à la cheville du client. Il alertera alors la police qui ira perquisitionner le domicile de l'individu. Ils y retrouveront six maillots du genre floqués aux noms de "Abou Hamza", "Mollah Omar" ou encore "Ali le Chimique". La police retrouvera aussi au domicile des photos d'Oussama Ben Laden et une vidéo djihadiste.

En guise d'explication, le trentenaire plaidera l'humour et le goût de la provocation alors que son avocat plaidera l'"immaturité". Déjà condamné à quinze reprises pour outrages et violences, l'homme passera six mois derrière les barreaux et se retrouve privé de ses droits civiques pendant cinq ans. Le juge ne partageant visiblement pas son goût pour la "provocation".

 

 

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !