Saoudiennes au volant : selon le cheikh Saleh Al-Luhaydan "la conduite affecte les ovaires" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des militantes saoudiennes ont appelé les femmes à prendre le volant le 26 octobre
Des militantes saoudiennes ont appelé les femmes à prendre le volant le 26 octobre
©REUTERS/Amena Bakr

Attention

Saoudiennes au volant : selon le cheikh Saleh Al-Luhaydan "la conduite affecte les ovaires"

Les propos du religieux interviennent alors que des militantes ont appelé les femmes à prendre le volant le 26 octobre dans le royaume, seul pays au monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire.

En Arabie Saoudite, le cheikh Saleh Al-Luhaydan a  provoqué un tollé. Ce dignitaire conservateur s'est positionné sur l'interdiction faite aux femmes de conduire. "La médecine a étudié cette question (...) la conduite affecte les ovaires et pousse le bassin vers le haut", a-t-il jugé sur le site saoudien Sabq. "C'est pourquoi nous trouvons que la plupart des femmes qui conduisent des voiture de façon continue ont des enfants qui souffrent de troubles cliniques", a ajouté le religieux. Des propos qui interviennent alors que des militantes ont appelé les femmes à prendre le volant le 26 octobre dans le royaume, seul pays au monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire.

Cheikh Luhaydan a affirmé en outre que dans les autres pays arabes, 33% des femmes qui conduisent ont été à l'origine d'accidents, contre 9% seulement des hommes. Il a ajouté qu'il y avait clairement "dans le Coran et la sunna des preuves que la conduite des femmes est interdite pour des raisons morales et sociales".

Les militantes à l'origine de la campagne du 26 octobre affirment que le fait de conduire ne contrevient pas à la charia, la loi islamique invoquée dans les milieux conservateurs partisans de cette interdiction. Elles ont mis en ligne une pétition pour réclamer l'autorisation de conduire, qui avait recueilli dimanche plus de 12 000 signatures selon l'AFP.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !