Renault : le mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles visé par des soupçons d’abus de bien social | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Renault : le mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles visé par des soupçons d’abus de bien social
©ALBERTO PIZZOLI / AFP

Investigations en interne

Renault : le mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles visé par des soupçons d’abus de bien social

La cérémonie de mariage de Carole et Carlos Ghosn s’est déroulée en octobre 2016 au château de Versailles.

Selon des révélations du Figaro et des informations du Point, Renault se pose des questions sur le financement de la cérémonie de mariage de Carlos Ghosn. Des soupçons d’abus de bien social pourraient peser sur le mariage célébré au château de Versailles le 8 octobre 2016. Renault envisage de signaler ces faits au parquet. 

La firme automobile a en réalité découvert que le château de Versailles avait comptabilisé la location du Grand Trianon, une prestation évaluée à 50 000 euros, comme une contrepartie du contrat de mécénat signé entre les deux partenaires en juin 2016. 

Le mariage de Carlos Ghosn avec sa seconde épouse Carole Ghosn était en réalité un événement privé et ne concernait absolument pas le mécénat de Renault.

Une facture de la société organisatrice du mariage confirmerait que la location a été "offerte par Versailles". Cette proposition aurait donc pu être faite directement à Carlos Ghosn. 

Renault a annoncé, ce jeudi 7 février, qu'il allait signaler à la justice le versement de 50. 000 euros "dans le cadre d'une convention de mécénat signée avec le château de Versailles" et qui avait "été affectée au bénéfice personnel de monsieur Ghosn". Le constructeur automobile "a décidé de porter ces faits à la connaissance des autorités judiciaires", selon le communiqué de Renault.

Ces éléments ont été découverts dans le cadre des investigations lancées par Renault en interne en novembre. 

Carlos Ghosn est actuellement toujours emprisonné et inculpé au Japon pour abus de confiance présumé. Il a démissionné fin janvier de son poste de PDG de Renault. Il avait été démis de la présidence de Nissan et Mitsubishi après son arrestation en novembre.

Renault soupçonne donc Carlos Ghosn d'avoir profité pour son "bénéfice personnel" d'un partenariat avec le château de Versailles. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !