Le réchauffement climatique serait finalement bénéfique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Ça va chauffer..
Ça va chauffer..
©Reuters

Et si...

Le réchauffement climatique serait finalement bénéfique

L’effet net du réchauffement continu a plus de chance d’être bénéfique pour les humains, les plantes et les animaux, selon une étude américaine.

" Le réchauffement climatique ", une expression qui donne froid dans le dos tant elle est annonciatrice de catastrophes. Et si cette menace qui plane sur nos têtes n'en était finalement pas une ? L'étude réalisée par trois instituts de recherche " indépendants " soutient que le réchauffement climatique a probablement plus de chances «d’améliorer notre santé que de la détruire», peut-on lire sur le site International Business Times.

Selon le Centre d'étude sur le dioxyde de carbone et le changement mondial, l'institut Heartland et le Projet science et politique environnementale (SEPP), les trois centres de recherches à l'origine de ces conclusions, le réchauffement climatique ne serait pas forcément synonyme de désastre écologique. «Le genre humain sera bien plus en forme en 2100 que maintenant et il sera en conséquence capable de s’adapter aux nouvelles conditions que les changements climatiques pourraient créer. L’effet net du réchauffement continu et de la hausse de la concentration en dioxyde de carbone dans l’atmosphère a plus de chance d’être bénéfique pour les humains, les plantes et les animaux».

Les résultats de cette recherche sont particulièrement décriés par les détracteurs de ces centres de recherches qui soulignent notamment l'implication de l'Institut Heartland dans les affaires du géant pétrolier ExxonMobile. Un allié gênant lorsqu'on plaide en faveur du réchauffement climatique...

Lu sur International Business Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !