Questions pour un champion : Julien Lepers fait ses adieux "la mort dans l'âme" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Questions pour un champion : Julien Lepers fait ses adieux "la mort dans l'âme"
©DR

Fin de partie

Questions pour un champion : Julien Lepers fait ses adieux "la mort dans l'âme"

L'animateur s'est plaint de la décision de son éviction dans une tribune.

"Je quitte Questions pour un champion à mon corps défendant et la mort dans l'âme." Julien Lepers ne sera donc plus tous les jours à la tête de ce programme culte de France 3. La chaîne a décidé son éviction et son remplacement, vraisemblablement par le journaliste Samuel Etienne. Une blessure pour le fantasque Julien Lepers. "Une audience, ce ne sont pas que des chiffres. Ce sont aussi des hommes et des femmes de tous âges, de tous milieux sociaux et culturels, qui m'ont offert 28 années de fidélité et de reconnaissance. Ils sont toute ma vie" explique-t-il dans une tribune, publiée dans le Huffington Post.

Comme pour un décès, l'animateur fait le deuil de son émission. "Mes pensées vont  à France Télévisions et à la société de production (…) Ils auront été pour moi des partenaires, sans qui cette merveilleuse connivence avec le public n'aurait pas été possible. Je souhaite qu'ils réussissent leur pari" affirme-t-il, non sans remettre en cause le bien-fondé de leur décision. "Je redoute qu'en courant après un public jeune plutôt qu'après le véritable public de la télévision, on ne prenne le risque de ne pas rattraper le premier, et de perdre le second. La modernité, ce n'est pas réduire chacun à son genre et à son âge."

"On m'a jugé chaleureux, exaspérant, généreux, hystérique, bavard, envahissant, passionné ou excessif mais mes travers, au moins, sont devenus culte" assène-t-il. "Je ne peux passer devant un collège sans que des ados, négligeant un instant Maître Gims, Bob Sinclar ou leur partie de Assassin's Creed se précipitent vers moi. Je n'ai pas un public, mais des publics. Mon nom est devenu une "marque" - et donc un actif - de France Télévisions."

Lu sur le HuffPost

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !