Quand les hommes avec des "nez de buveur" se font retirer les veines rouges | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
L'alcool n'est pas la seule raison à l'apparition de veines rouges sur le nez...
L'alcool n'est pas la seule raison à l'apparition de veines rouges sur le nez...
©Reuters

Alcool

Quand les hommes avec des "nez de buveur" se font retirer les veines rouges

Au Royaume-Uni, les hommes sont de plus en plus nombreux à se faire retirer les veines rouges sur le nez, une caractéristique physique régulièrement associée aux gros buveurs d'alcool.

Au Royaume-Uni, les médecins sont de plus en plus nombreux à faire état de demandes de patients qui veulent réduire leur nombre de veines rouges présentes sur le nez, une caractéristique physique régulièrement associée aux gros buveurs d'alcool.

Les docteurs britanniques rapportent que les patients concernés ont souvent l'impression d’être négligés, notamment dans le cadre d'une promotion, car les autres assument toujours automatiquement qu'ils ont un certain penchant pour l'alcool... "Cela peut avoir un énorme impact sur la confiance en soi, particulièrement dans le milieu professionnel et dans le cadre d'interactions sociales", explique au Daily Mail le docteur Peter Finigan, spécialiste en la matière.

Pourtant, si l'abus d'alcool est effectivement une des causes de l'apparition de veines rouges sur le nez, les experts pointent également du doigt le rôle prépondérant du soleil, de la cigarette, ou de la rosacée, maladie qui a pour conséquence de rougir le nez et le visage.

Les spécialistes traitent le problème des veines rouges avec un système de thermocoagulation. Elles disparaissent dans la plupart des cas après une ou deux sessions en clinique.

Lu sur Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !