Le ministre polonais des Affaires étrangères prétend avoir discuté avec un pays... qui n'existe pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le ministre polonais des Affaires étrangères prétend avoir discuté avec un pays... qui n'existe pas
©Flickr/ Selden Vestrit

La boulette

Le ministre polonais des Affaires étrangères prétend avoir discuté avec un pays... qui n'existe pas

Le responsable a affirmé avec "rencontré des représentants du Belize et de San Escobar". Euh, San Escobar ?

Jusque-là, tout allait pourtant bien pour lui. Cette semaine, le ministre des Affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski, était à New York afin de discuter de l’adhésion de la Pologne au Conseil de sécurité des Nations Unies, de 2018 à 2019. Pour plaider sa cause, le responsable politique a rencontré du beau monde, des représentants de plus de 20 pays selon lui, dont des nations des Caraïbes. "Par exemple", a-t-il justifié, "des pays comme le Belize ou San Escobar."

La chance ! Le Belize ou San Escobar ! Mais c'est un euphémisme de dire que sa déclaration a laissé beaucoup de monde perplexe chez les diplomates. Car il y a un petit problème. L'exotique pays de San Escobar n'a rien évoqué aux représentants de l'ONU. Car San Escobar n'existe pas. 

Sa porte-parole, Joanna Wadja, a bien essayé de le défendre en expliquant que Witold Waszczykowski faisait référence à Saint Kitts et Nevis, dont le nom espagnol est San Cristobal y Nieves. Mais il était déjà bien trop tard. L'implacable machine des réseaux sociaux s'était déjà mis en route. 

 

Certains ont moqué le ministre pour avoir sans doute trop regardé la série Netflix Narcos sur Pablo Escobar. Par ailleurs, un compte Twitter au nom du pays inventé par le ministre a vu le jour, avec un drapeau, des photos et des informations sur le climat. Certains tweets étant particulièrement bien sentis comme : "après des discussions avec le ministre Witold Waszczykowski, la république de San Escobar supporte la candidature de la Pologne au Conseil de sécurité" ou "San Escobar décide que les ressortissants polonais n'auront plus besoin de visas pour entrer dans le pays".

 

 

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !