Procès Jackson : sa mère réclame 40 milliards de dollars aux producteurs de "This is it" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La mère du roi de la pop met en cause la nomination du docteur Conrad Murray comme médecin personnel de Michael
La mère du roi de la pop met en cause la nomination du docteur Conrad Murray comme médecin personnel de Michael
©Reuters

Trop c'est trop

Procès Jackson : sa mère réclame 40 milliards de dollars aux producteurs de "This is it"

C'est le montant que Katherine Jackson estime que Michael aurait pu gagner s'il n'était pas mort le 25 juin 2009, à l'age de 50 ans.

Katherine Jackson, la mère du roi de la pop, réclame plus de 40 milliards de dollars à la société de production AEG Live, qui a organisé le come-back de son fils avec le documentaire "This is it".

C'est l'argent qu'elle pense que le chanteur aurait pu récolter s'il était pas mort brutalement à l'age de 50 ans en 2009, rapporte le Daily Beast.

Interrogé par le site américain, l'avocat spécialisé Marshall Hennington juge que "c'est du vol". "40 milliards ? Voyons, ce n'est même pas ce que Michael a gagné en toute une vie, et on sait tous les dettes qu'il avait à sa mort. C'est ce que font les avocats. Ils avancent ce type de somme pour voir ce qu'il peuvent obtenir vraiment.", ajoute-t-il.

La mère du roi de la pop pointe du doigt la nomination du docteur Conrad Murray comme médecin personnel de Michael par la société de production. Selon elle, en travaillant avec le docteur Murray, AEG a favorisé ses profits au détriment de la santé et la sécurité de Michael, provoquant ainsi la mort du chanteur.

AEG a toujours déclaré qu'elle avait agi en fonction des intérêts du chanteur mais que ce dernier ne pouvait tout simplement ne pas être sauvé de lui-même.

Lu sur Dailybeast.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !