Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Premier ministre du Zimbabwe Morgan Tsvangirai attribue l'échec de son mariage à un complot.

Mieux que Kim Kardashian

Le Premier ministre zimbabwéen divorce après 12 jours de mariage

Morgan Tsvangirai attribue l'échec de son mariage à un complot.

Le 18 novembre, Morgan Tsvangirai et Locadia Tembo se disent oui. Morgan Tsvangirai est le Premier ministre du Zimbabwe, et opposant de longue date au président Robert Mugabe. Or Locadia est la sœur de Biata Nyamupinga, la représentante du parti du président Mugabe au parlement.

Cela a apparemment suffi à jeter le doute dans l'esprit du Premier ministre. Car il vient de divorcer, douze jours à peine après la cérémonie. "Je suis devenu un spectateur, et les choses vont trop vite, elles sont diffusées à la télévision et je ne suis pas informé. Cela m'amène à penser qu'il y a un complot plus vaste autour de cette question, et cela a sapé ma confiance dans cette relation", écrit Morgan Tsvangirai dans un communiqué.

Le Premier ministre se plaint de la trop grande publicité organisée autour de la cérémonie, et évoque le cas de fausses informations le concernant.

"Alors que j'accepte d'avoir une vie publique en tant que Premier ministre, je pense avoir le droit de déterminer moi-même ma relation", poursuit-il. Il compare son mariage à "un drame bien chorégraphié, qui a été piraté afin de me nuire politiquement." La première femme de Morgan Tsvangirai est décédée en 2009 dans un accident de voiture. "J'avais l'intention de commencer une nouvelle vie après le décès tragique de ma femme", regrette-t-il.

Même Robert Mugabe est venu au secours de son opposant. "Tsvangirai a été visé, et molesté par les média chaque jour. Laissez-le tranquille."

Lu sur BBC News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !