Pourquoi nous ne sommes pas égaux face à l'orgasme ou la digestion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pourquoi nous ne sommes pas égaux face à l'orgasme ou la digestion
©Flickr/NickNguyen

Savoir inutile

Pourquoi nous ne sommes pas égaux face à l'orgasme ou la digestion

Le Daily Mail fait l'inventaire des raisons pour lesquelles les individus mettent plus ou moins de temps à digérer ou à passer le stade de la puberté.

Partant d'une étude scientifique montrant que le fait de fixer une date pour l'accouchement est inutile, la durée de la grossesse variant énormément d'une femme à l'autre, le Daily Mail a interrogé des experts et ressorti des études pour voir si la même chose s'appliquait à notre durée de digestion, la capacité de régénération de notre peau ou encore nos orgasmes.

On y apprend ainsi que si nos ongles grandissent en moyenne de 3,55 mm par mois – plus que les 3,06 mm mensuels des années 1950 – c'est principalement en raison d'un régime alimentaire davantage riche en protéines. Les scientifiques pensent également que si les ongles poussent plus vite en été, c'est en partie dû aux vitamines D formés en s'exposant au soleil.

Côté nutrition, si la digestion d'un plat complexe comme le hamburger peut se prolonger trois jours alors qu'un fruit n'a besoin que d'une heure en moyenne, il est admis qu'elle est légèrement plus lente chez les femmes. L'hypothèse avancée pour le moment est celle d'hormones gastriques moins puissantes.  

Quant à l'orgasme, si la durée moyenne pour l'atteindre varie entre 10 à 20 minutes chez les femmes et 2 à 3 minutes chez les hommes selon les études, cela s'expliquerait par la multitude des variables à prendre en compte : le mental, les sentiments, les hormones, entre autres.

 

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !