Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
pandas
©TOBIAS SCHWARZ / AFP

Lutter contre le froid... par tous les moyens

Pourquoi les pandas ont l’habitude de se couvrir de fumier de cheval ?

Des scientifiques de l'Académie chinoise des sciences ont mené une étude sur cette pratique particulière des pandas. Ce mystère vient d'être résolu. Cela leur permettrait de lutter contre le froid.

Alors que les pandas sont connus pour leur passion culinaire pour le bambou, une pratique un peu plus particulière a suscité la curiosité des scientifiques. Certains pandas auraient pour habitude de s’enduire le corps ou de se rouler dans des déjections de cheval. Cette pratique particulière a été constatée et étudiée par des chercheurs chinois et a suscité la curiosité de chercheurs de l’Université de Duke aux Etats-Unis, selon la rédaction du New York Times.

Dans les montagnes Qinling en Chine, les pandas se couvriraient d’excréments de cheval. Cette pratique permettrait en réalité aux pandas de tolérer des températures froides grâce à un composé de la bouse de cheval, selon les conclusions des chercheurs publiées dans leur article dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Cette pratique assez surprenante permettrait aux pandas de moins être sensibles au froid durant les mois les plus extrêmes d'automne et d'hiver.

Une équipe de chercheurs menée par un biologiste de l'Académie chinoise des sciences a étudié cette pratique chez les pandas. Ils ont passé des années à suivre les pandas. Entre juillet 2016 et juin 2017 uniquement, 38 instances ont par exemple été documentées, chacune étant généralement caractérisée par une série d'étapes calculées.

Une analyse chimique de la bouse a révélé deux composés à courte durée de vie que l'on trouve couramment dans les plantes. Appelés sesquiterpènes, lorsqu'ils sont appliqués sur les pattes et la fourrure de souris de laboratoire, ces composés rendent les rongeurs indifférents aux températures glaciales ou à un froid induit chimiquement.

New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !