Paris : une bague d'un million d'euros dérobée dans un cambriolage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB) ont été chargés des investigations.
Les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB) ont été chargés des investigations.
©Wikimedia/3BL Media

Gros lot

Paris : une bague d'un million d'euros dérobée dans un cambriolage

L'appartement se situe dans le 16e arrondissement de la capitale, avenue Victor-Hugo.

Un vol s’est produit vers 15h00 vendredi, dans le XVIe arrondissement de Paris, dans un immeuble situé avenue Victor-Hugo, rapporte ce lundi le quotidien Le Parisien.

La victime, une femme âgée de 46 ans, a croisé deux "inconnus" redescendant l’escalier. Arrivée sur son palier, elle a constaté que sa porte d'entrée avait été ouverte. Les deux hommes ont vidé un coffre-fort, qui comportait pour 30 000 euros de bijoux. Une bague d’une valeur de plus d’un million d’euros a également été dérobée.

"Il est fort probable que les deux individus qu'elle a croisés et qui sont considérés comme les principaux suspects à ce jour connaissaient le contenu du coffre", indique une source proche du dossier. "Il fallait savoir que la propriétaire n'était pas là et qu'elle possédait des milliers d'euros de bijoux, dont cette fameuse bague", ajoute cette même source.

L'heure du méfait et l'emplacement de l'immeuble inquiètent les syndicats de police. Interrogé par Le Parisien, Stéphane Pelliccia, délégué départemental pour le syndicat de police CFDT Interco 93, déplore cet état de fait : "Encore une fois, des cambrioleurs ont pu agir en plein jour à Paris. C'est un phénomène qui demeure d'autant plus préoccupant que la préfecture de police de Paris est toujours à la recherche du meilleur dispositif pour l'enrayer".

La victime a porté plainte immédiatement. Les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB) ont été chargés des investigations.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !