Paris : fronde dans les piscines, la mairie renonce à baisser la température de l'eau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Paris : fronde dans les piscines, la mairie renonce à baisser la température de l'eau
©Reuters

#Jesuisnageur

Paris : fronde dans les piscines, la mairie renonce à baisser la température de l'eau

La mairie de Paris a dû faire marche arrière, après avoir baissé la température de l'eau des piscines de 27 à 26 degrés.

Le coup de froid n'aura pas duré longtemps. Début juillet, la mairie de Paris avait décidé d'abaisser la température de l'eau des piscines municipales de 27 à 26°C. Cette baisse de température devait permettre de réduire de 10% la consommation d'énergie, soit 200.000 euros d'économies par an et une baisse de l'empreinte écologique.

Mais la mesure a fait plouf : cette différence d'un degré n'est pas passée inaperçue auprès des usagers, qui ont été nombreux à se plaindre, forçant la mairie à remonter le thermostat. "Nous avions pris cette mesure pour réduire l'impact écologique et l'empreinte environnementale. Cette recommandation était partagée par tous les exploitants de piscines, mais les nageurs, en club ou en loisirs, nous ont fait part de leur inconfort", explique au Figaro Jean-François Martins, adjoint chargé du sport de la Maire de Paris.

Alors que les piscines municipales sont parmi les équipements les plus énergivores, la mairie réflechit à d'autres solutions pour réduire sa facture : dans le 14e arrondissement, les bassins sont chauffés en partie grâce à un dispositif de récupération de la chaleur des eaux usées. Dans le 13e arrondissement, la piscine de la Butte aux Cailles est quant à elle chauffée par un data-center installée dans son sous-sol. 

Le but de la mairie est de réduire de 30% la consommation d'énergie des 39 piscines de la ville.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !