Orque dans la Seine : Sea Sheperd offre 10.000 euros pour savoir qui lui a tiré dessus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Sea Shepherd a annoncé qu’elle offrait « une récompense de 10 000 euros contre des informations qui pourront aboutir à l’identification et aux poursuites » de l'auteur des tirs contre un cétacé retrouvé dans la Seine.
Sea Shepherd a annoncé qu’elle offrait « une récompense de 10 000 euros contre des informations qui pourront aboutir à l’identification et aux poursuites » de l'auteur des tirs contre un cétacé retrouvé dans la Seine.
©Marty MELVILLE / AFP

Récompense

Orque dans la Seine : Sea Sheperd offre 10.000 euros pour savoir qui lui a tiré dessus

L’autopsie, réalisée par l’institut Pelagis à La Rochelle, avait révélé que l’animal s’était fait tirer dessus.

Un cétacé avait été retrouvé mort à la fin du mois de mai. L'orque, retrouvé dans la Seine, a été, depuis, autopsié. La mort de l’animal aurait été causée par inanition, une munition de fusil a été retrouvée dans son crâne. L’organisation Sea Sheperd a annoncé porter plainte contre X.

L’association, qui lutte contre la destruction des milieux aquatiques, a annoncé dans les colonnes du Parisien qu’elle offrait « une récompense de 10 000 euros contre des informations qui pourront aboutir à l’identification et aux poursuites de l’auteur de ces faits ».

« La stratégie a déjà marché dans le Finistère », a indiqué la dirigeante de l’ONG auprès de la rédaction du Parisien. Elle a notamment précisé qu’en 2019, des marins avaient été retrouvés puis jugés coupables après avoir décapité des phoques à Concarneau.

Le Muséum national d’histoire naturelle de Paris a pu récupérer « l’ensemble du squelette de l’animal qui entrera officiellement dans les collections de l’institution ».

Repéré initialement le 16 mai près du phare de Tancarville, en Seine-Maritime, le mammifère marin n'avait pas l'air en bonne santé. L'Office français pour la biodiversité (OFB) avait été alerté. L'animal semblait incapable de quitter la zone. Après plusieurs tentatives pour guider l’orque, la décision avait été prise d'abréger ses souffrances en l'euthanasiant. Mais au petit matin, l'orque avait été retrouvée morte, flottant à la surface.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !