Œuvre de Banksy volée au Bataclan : six personnes ont été interpellées et écrouées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Œuvre de Banksy volée au Bataclan : six personnes ont été interpellées et écrouées
©Thomas SAMSON / AFP

"Street art"

Œuvre de Banksy volée au Bataclan : six personnes ont été interpellées et écrouées

Six personnes, soupçonnées d'avoir dérobé en 2019 au Bataclan une oeuvre attribuée à Banksy et retrouvée récemment en Italie, ont été mises en examen vendredi et placées en détention provisoire. Le pochoir en question figurait sur une porte latérale du Bataclan qui avait été découpée à la meuleuse.

Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’œuvre de Banksy volée en France. Alors que cette fresque a récemment été retrouvée en Italie grâce à des enqueteurs français et italiens, six personnes ont été mises en examen et placées en détention provisoire. 

Ces six personnes ont été interpellées cette semaine en Isère et Haute-Savoie après une opération de police menée ces derniers jours. Deux d'entre elles ont été mises en examen du chef de vol en bande organisée et les quatre autres pour recel de vol en bande organisée.

Les six individus ont été placés en détention provisoire.

L'oeuvre de Banksy, un pochoir, figurait sur une porte latérale de la salle du Bataclan à Paris. Cette œuvre, "la jeune fille triste", était un hommage aux victimes de l’attentat mené en novembre 2015 lors du concert du groupe de rock The Eagles of Death Metal. 

L'oeuvre avait été volée en janvier 2019, avec la porte sur laquelle elle était peinte, découpée à la meuleuse. Elle a finalement été récupérée début juin par la police italienne dans une ferme des Abruzzes. L'opération de la police italienne avait été initiée à la demande de la police française et menée en présence de policiers français. 

L'artiste britannique Banksy - dont l'identité réelle est un mystère bien gardé - avait revendiqué la paternité de cette oeuvre sur son compte Instagram.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !