Profession : rat démineur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Profession : rat démineur
©

Raton sauveur

Profession : rat démineur

Alors que ces rongeurs sont souvent associés aux détritus et aux égouts, certains sont spécialement dressés pour nettoyer les anciens champs de mine grâce à leur flaire.

Utiliser l'odorat des rats pour détecter les mines anti-personnelles : cette idée de l'ONG Apopo peut paraître saugrenue, et pourtant elle fonctionne à merveille au Mozambique, en Tanzanie, en Angola ou encore en Thaïlande. Des pays ravagés par les guerres civiles, et qui comptent un nombre immense de mines.

Une méthode très efficace et surtout moins chère. Les méthodes traditionnelles, telles que les détecteurs de métaux et les chiens dressés, sont en effet très coûteuses : en tout 700 euros sont nécessaires pour désamorcer une mine, rappelle le site de France 24.t.

D'une longueur de 80 centimètres, ces rats ont des capacités olfactives exceptionnelles. En une demi-heure à peine, chaque animal peut inspecter une surface égale à 100 mètres carrés. Pour la même superficie, un homme a besoin d'une journée avec un détecteur de métaux !

La méthode de dressage est assez simple : le rat, placé dans une boîte en plexiglas avec des trous d'aération, apprend à reconnaître les odeurs de différentes matières déposées dans des pots. Avant d'être lancés sur le terrain, les rongeurs sont d'abord soumis à des tests et doivent obtenir un score de 100% pour obtenir leur "diplôme de démineur".

En mission au Mozambique depuis 2004, Apopo s’est chargée du nettoyage de 2 millions de m² dans la province de Gaza, l’une des dix provinces de ce pays d'Afrique australe. Au total, les 36 rats et 14 "maîtres-rats" déployés sur ce territoire ont permis de retirer plus de 1 750 mines et plus de 970 obus, indique Ouest France.

Lu sur Le Temps

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !